Actualité Échelle Inconnue

L'hiver franco-russe d'Echelle Inconnue : programme du Doctorat Sauvage En Architecture

Les corneilles, il y a 70 ans, encore nomades et presque absentes de nos villes, étaient jusqu’alors séparées entre les noires à l’ouest de l’Europe et les mantelées à l’est. Avant, car ces oiseaux désormais urbains nous ont pris de vitesse. Et l’on rencontre désormais, le long de leur frontière invisible qui ignore les états, des hybrides mi-noirs, mi-mantelés en prise eux aussi avec le phénomène métropolitain : un même peuple né d’un art : celui de la rencontre.

Pour la deuxième fois, pendant 3 mois, nous vous proposons, au delà des frontières et des états de voir et entendre l’autre ville Russe à travers ses arts : cinématographiques et actionnistes pour précipiter le temps où nous deviendrons tous des oiseaux.

Voir et entendre avec Valérie Pozner, la migration de la production cinématographique soviétique vers l'Asie Centrale pendant la Seconde Guerre mondiale.

Voir et entendre à travers les films russes de fiction ce que fut l’expérience du logement communautaire au lendemain de la révolution d’octobre. Avec Liudmila Piskareva.

Voir et entendre avec l’artiste Pavel Mitenko ce que fut le mouvement d’art actionniste au lendemain de la chute de l’URSS jusqu’à ses dernières manifestations portées entre autres, dans l’espace public, par les groupes Voïna ou Pussy Riot.

Voir et entendre enfin l’autre Moscou à travers nos derniers films réalisés en Russie.

En savoir plus sur cet hiver franco-russe d'Echelle Inconnue ICI.


PROGRAMMATION DU DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE :

Jeudi 26 janvier à 19h :

– Conférence "L’évacuation des grands studios de cinéma soviétiques en Asie centrale pendant la Seconde Guerre mondiale" proposée par Valérie Pozner, directrice de recherche au CNRS, en Histoire du cinéma russe et soviétique.
En savoir plus ICI.

Jeudi 23 février à 19h :

– Conférence "L'habitat urbain dans l'Union soviétique, à travers le cinéma soviétique" proposée par Liudmila Piskareva, doctorante en architecture à Paris et assistante et traductrice pour le projet Makhnovtchina d'Echelle Inconnue à l'est de l'Europe.
En savoir plus ICI.

Jeudi 30 mars à 19h :

– Conférence "L'actionnisme moscovite, ligne artistique de la politique postsoviétique" proposée par Pavel Mitenko artiste, critique d'art et actionniste.
Lire la suite ICI

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, 76 000 Rouen
Contacts : mel@echelleinconnue.net / 02 35 72 40 05

Soirée de lancement du journal #6 d'Echelle Inconnue "Éventrer la machine" // Le 13/04/2017 // Doctorat Sauvage En Architecture

Venez fêter avec nous cette nouvelle parution, Franco-Russe, le jeudi 13 avril à 19h à La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, Rouen !

Lire la suite

30/03/2017: Лекция «Московский акционизм. Художественная ипостась постсоветской политики» / Независимый докторат по архитектуре

Сегодня в России установлен про-правительственный консенсус. Фактически запрещены уличные манифестации и в тюрьму мужно попасть за одиночный пикет (manifestations à un seul participant) или репост в социальных сетях. Начальство институций в страхе перед высшей властью опережают её приказы в актах само-цензуры. В репертуаре повседневной жизни россиян вновь появились доносы. Всё это заставляет забыть о политике. Однако даже в такой ситуации остаётся место для публичных и радикальных действий, которые совершают современные акционисты: Катрин Ненашева, Пётр Павленский, Дарья Серенко и другие.

Какие формы радикального действия существуют сегодня в России? Какие горизонты искусства они открывают за пределами системы искусства? Какие горизонты освобождения показывают в ситуации так называемого «консервативного поворота»?


Лекция Павла Митенко, художника, художественного критика и акциониста. В рамках франко-русской зимы Echelle Inconnue Приблизим момент, когда мы станем птицами.

Адрес: La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, Руан.

Дата: Четверг, 30 марта 2017, 19.00

23/02/2017: Лекция «Городское жилье в Советском Союзе сквозь призму кинематографа» / Независимый докторат по архитектуре

Тоталитарный режим характеризуется не только существованием одной политической партии, но также и созданием второй реальности. Ложная реальность, созданная средствами пропаганды, доминирует в сфере культуры. Каждый объект искусства должен согласовываться с генеральной линией партии. Искусство рассматривается советскими идеологами как одно из средств создания Нового человека. Художника назван «инженером человеческих душ». Роль искусства настолько важна, что, согласно логике тоталитарного государства, художник не остается без чуткого руководства власти.

Lire la suite

26/01/2017: Лекция «Эвакуация крупнейших советских киностудий в Центральную Азию во время Второй мировой войны» / Независимый докторат по архи


Песни Абая (Григорий Рошаль, 1945)

Из-за стремительного наступления немецких войск большинство советских киностудий было эвакуировано в сентябре 1941 года, и возвратилось лишь в 1944. Впоследствии, служители кинематографа оценили этот опыт как крайне положительный, подаривший миру множество прекрасных кинокартин (чего стоит один «Иван Грозный», снятый в основном в Казахстане). Новый материал, собранный в рамках коллективного проекта CINESOV, позволяет провести детальный анализ последствий передислокации киностудий во время войны. Мы рассмотрим институциональные аспекты, в частности, полномочия, выданные студиям, центральным и местным органам власти, а так же то, как формировалось взаимодействие центра и в отдаленных областях. Мы обсудим вопрос производства, осветим влияние реорганизации киностудий на процессы, правила и технику кинопроизводства, а так же то, что собой представляли киностудии по окончанию войны. И, наконец, мы рассмотрим как режиссерами в эвакуации решались эти две проблемы – производство фильмов военного времени и обучение новых мастеров кинематографа. Мы рассмотрим данные вопросы на примере Алма-Аты, куда были эвакуированы студии Мосфильм и Ленфильм.


Лектор: Валери Познер, руководящая исследованиями в CNRS (История русского и советского кинематографа)

Дата: Четверг, 26 января 2017, 19.00
Адрес: La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, Руан.

Франко-русская зима группы Echelle Inconnue с января по март 2017: Приблизим момент, когда мы станем птицами.



Кажется, что воображаемая стена всё ещё делит Европу на западную и восточную часть. Вчера Берлин, сегодня – зона АТО.

Но может быть, город гаражей, торговых павильонов и бытовок, населенный безмолвными, невидимыми рабочими, на самом деле разделяет судьбу французского города трейлеров, грузовиков и переносных домов. Последние три года мы ищем в Москве следы этого живого и подвижного, спасающегося от бульдозеров, города, встречаясь с его обитателями.

По обе стороны границы мы видим людей, объединенных общей судьбой. Быть может, это новый народ, который будет создан вне туманных дипломатических стратегий, вне средств массовой информации, живущих за счет создаваемой ими разобщенности. Вне одержимых идеей превращения города в метрополию градоначальников, разделяющих любовь к бульдозерам и разрушению, примерами чему служат трущобы, лагеря и Джунгли Кале с одной стороны границы и гаражный Шанхай, торговые павильоны и переносные объекты – с другой.

Но, к счастью, искусство и птицы нам даны, чтобы не умереть от этой истины. И прежде всего – птицы, а именно вороны, которые еще 70 лет назад мигрировали и старались избегать городских территорий, птицы, изначально разделенные на черных ворон Западной Европы и серых ворон Восточной, развиваются быстрее нас. И сегодня, вдоль невидимой, игнорирующей все государства границы ареала их обитания, можно встретить гибриды черной и серой вороны.

Народ, который создало искусство – искусство соприкосновения и общности.

Вот почему уже во второй раз мы приглашаем вас пренебречь границами и государствами, услышать и увидеть в кинематографе и акционизме иной, потаенный русский город – чтобы день, когда мы станем птицами, наступил чуть раньше.

Рассмотреть вместе с Людмилой Пискаревой быт коммунальной квартиры, самого распространенного типа послереволюционного жилья, в русских художественных фильмах.

Услышать и увидеть, вместе с артистом Павлом Митенко, историю развития акционизма от момента распада СССР и до недавних акций групп Война и Pussy Riot.

И, наконец, встретиться с потаенной Москвой в фильмах, которые мы сняли в последнее время в России.


Программа Независимого доктората по архитектуре:

Четверг, 26 января 2017, 19.00
- «Эвакуация крупнейших советских киностудий в Центральную Азию во время Второй мировой войны». Лекция Валери Познер, руководителя исследованиями в CNRS: История русского и советского кинематографа.
Подробнее.

Четверг, 23 февраля 2017, 19.00
- «Городское жилье в Советском Союзе сквозь призму кинематографа». Лекция Людмилы Пискаревой, докторанта архитектуры университета Париж Дидро, ассистента и переводчика восточноевропейского проекта Махновщина группы Echelle Inconnue.
Подробнее.

Четверг, 30 марта 2017, 19.00
«Московский акционизм. Художественная ипостась постсоветской политики». Лекция Павла Митенко, художника, художественного критика и акциониста.
Подробнее.


Дополнительная информация:

Место проведения: Conjuration des Fourneaux, по адресу 149 rue Saint-Hilaire, Руан.
Контакты: mel@echelleinconnue.net / +332 35 70 40 05

L'Hiver Franco-Russe d'Echelle Inconnue de janvier à mars 2017 : précipitons le temps où nous deviendrons tous des oiseaux



Un mur fantasmé semble encore séparer l’est et l’ouest de l’Europe. Berlin hier, Dniepr ou Don aujourd’hui.

Mais il existe peut-être un sort commun, nous le suivons à Moscou depuis trois ans sur les traces et à la rencontre des habitants de cette autre ville légère et mobile, qui, comme en France, fuit les pelles mécaniques. Urbanité de garages, de kiosques et de containers, dans laquelle un peuple muet vit et travaille comme il le fait en France dans cette autre ville faite de caravanes, camions et mobile-homes.

Un même peuple, si le sort commun fait davantage que les frontières des états. Un peuple à construire peut-être. Au delà des lignes de brouillard de la communication diplomatique ou médiatique qui ne se nourrit que de la séparation, bien aidée en cela par les faiseurs de villes d’ici et là-bas qui partagent une même obsession pour le devenir métropole du monde et un même goût pour la pelleteuse et le démantèlement : bidonvilles, campements et Jungle de Calais ici, Shanghaï, cité de garage, kiosques et installations foraines là.

Mais heureusement nous avons l’art et les oiseaux pour ne pas mourir de cette vérité. Les oiseaux d’abord, car les corneilles, il y a 70 ans, encore nomades et presque absentes de nos villes, étaient jusqu’alors séparées entre les noires à l’ouest de l’Europe et les mantelées à l’est. Avant, car ces oiseaux désormais urbains nous ont pris de vitesse. Et l’on rencontre désormais, le long de leur frontière invisible qui ignore les états, des hybrides mi-noirs, mi-mantelés en prise eux aussi avec le phénomène métropolitain.

Un même peuple né d’un art : celui de la rencontre.

C’est que pour la deuxième fois, pendant 3 mois, nous vous proposons, au delà des frontières et des états de voir et entendre l’autre ville Russe à travers ses arts : cinématographiques et actionnistes pour précipiter le temps où nous deviendrons tous des oiseaux.

Voir et entendre avec Valérie Pozner, la migration de la production cinématographique soviétique vers l'Asie Centrale pendant la Seconde Guerre mondiale.

Voir et entendre à travers les films russes de fiction ce que fut l’expérience du logement communautaire au lendemain de la révolution d’octobre. Avec Liudmila Piskareva.

Voir et entendre avec l’artiste Pavel Mitenko ce que fut le mouvement d’art actionniste au lendemain de la chute de l’URSS jusqu’à ses dernières manifestations portées entre autres, dans l’espace public, par les groupes Voïna ou Pussy Riot.

Voir et entendre enfin l’autre Moscou à travers nos derniers films réalisés en Russie.

PROGRAMMATION DU DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE :

Jeudi 26 janvier à 19h :

– Conférence "L’évacuation des grands studios de cinéma soviétiques en Asie centrale pendant la Seconde Guerre mondiale" proposée par Valérie Pozner, directrice de recherche au CNRS, en Histoire du cinéma russe et soviétique.
En savoir plus ICI.

Jeudi 23 février à 19h :

– Conférence "L'habitat urbain dans l'Union soviétique, à travers le cinéma soviétique" proposée par Liudmila Piskareva, doctorante en architecture à Paris et assistante et traductrice pour le projet Makhnovtchina d'Echelle Inconnue à l'est de l'Europe.
En savoir plus ICI.

Jeudi 30 mars à 19h :

– Conférence "L'actionnisme moscovite, ligne artistique de la politique postsoviétique" proposée par Pavel Mitenko artiste, critique d'art et actionniste.
Lire la suite ICI

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, 76 000 Rouen
Contacts : mel@echelleinconnue.net / 02 35 70 40 05

CONFÉRENCE / 26 FÉVRIER 2015 / 18h30 / "MAKHNOVTCHINA EASTERN " PAR STANY CAMBOT / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Pour clôturer ces quatre mois d'hivers russes (la dite "Campagne de Russie d'Echelle Inconnue), Stany Cambot présentera "Makhnovtchina", le travail de création documentaire autour des formes mobiles et foraines de la ville qu'Echelle Inconnue poursuit à Moscou et en Moldavie Depuis février 2014.


Après la Moldavie, le projet Makhnovtchina a posé sa caravane à Moscou. Travail miroir ou comparatiste, il s'est attaché à lever des proximités entre les villes d'ici et de là-bas. Et, a parfois découvert certaines clefs de problèmes urbains et culturels français oubliées là-bas. Après x mois de travail se révèle au travers de films, textes et entretiens, une certaine « Leçon Russe » qui peut éclairer sous un autre angle la Ville France. Ainsi, alors que les Russes tirent les leçons et possibles applications à Moscou entre autre de la métropolisation du Grands Paris, nous pourrions tirer celles de leur expérience de la ville mobile légère et informelle qui fut celle de la « transition démocratique » mais surtout économique et que les crises actuelles voient refleurir à l'Ouest de l'Europe. Plus clairement qu'ici, la ville mobile mobile se dévoile à l'Est comme le fruit d'un projet urbain et économique.

Container de qui es-tu la maison ? Ou comment la ville mobile construit la ville sédentaire. Depuis la révolution au moins les sept collines de Moscou sont en perpétuel chantier. Comme toutes les villes du monde, Moscou grossi et enfle au-delà de ce que l'on peut appeler métropole -12 millions d'habitants. Ce chantier, un temps arrêté par la « transition », a repris et a besoin de main d’œuvre. Celle-ci vient des anciennes républiques soviétiques et loge, comme elle peut, sur les chantiers mêmes, le plus souvent dans des containers ou nomadise d'appartement en chantier d'appartement. Une ville asiatique mobile dans la ville russe sans yourte.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : Echelle Inconnue, 18, rue Sainte-Croix des Pelletiers - 76000 Rouen

Date et heure : le jeudi 26 février à 18h30

contact : 02 35 70 40 05 / mel@echelleinconnue.net

PROJECTION / CARGO-200 / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 11 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

"Cargo-200", un film d'Alekseï Balabanov réalisé en 2007

Synopsis : 1984. Dans un petit village perdu de la province russe, un policier maniaque enlève la fille d’un responsable local du parti communiste. Le seul espoir pour la jeune fille : son fiancé militaire, capable de la libérer du cauchemar. Mais il est tué en Afghanistan.

Aleksei Balabanov, se voyait comme le “rock’n’rolleur anti-establishment du cinéma russe” et poursuivait le but de réaliser “un cinéma dur et scandaleux", écrivait le Guardian dans la nécrologie que le quotidien avait consacrée au réalisateur, mort en 2013 à l’âge de 54 ans. Les films de Balanov sont “des comédies noires qui fixent sans ciller le caractère lugubre et la violence des derniers jours du communisme et de la société post-soviétique.”

Pratiquement inconnu en Europe, il avait rencontré le succès populaire en Russie avec les films d’action aux accents nationalistes Brat et Brat 2. Des cercueils avec des soldats soviétiques tués en Afghanistan, la vodka qui coule à flots, un policier qui torture ses détenus : Cargo 200 avait choqué par sa violence, et n’avait pas trouvé de télévision pour le diffuser.

Après le film, Echelle Inconnue projettera :

"Oleg artiste ou businessman de Moscou ville foraine" (2014). Un film de Stany Cambot (6mn)

De l’Ukraine à Moscou en passant par la Moldavie et, peut-être, bientôt, la France.

Ce n’est pas, dans le désordre, le parcours qui mena le jeune Makhno de Goulai Polié à la prison moscovite de Boutyrka puis de l’Ukraine à la France en passant par la Moldavie pour échapper aux balles russes et françaises en 1922.

Mais plus simplement le parcours d’un drôle de véhicule forain croisé avec son propriétaire au bord d’un trottoir de la gare de Bieloruskaya.

Nous l’avions croisé en Moldavie déjà, mais c’est d’Ukraine que vient la voiture/café. C’est Oleg qui nous le dit à l’arrière de son véhicule équipé.

PROJECTION ET COMMENTAIRES DU FILM "CARGO 200" DE BALABANOV, DANS UN LIEU TENU SECRET / RDV JEUDI 11 DÉCEMBRE / 18H30 À ECHELLE INCONNUE / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Projection et commentaires du film : « CARGO-200 » (ou GRUZ-200 en russe) de Balabanov, 2007. Par Gilles Favarel, docteur en sciences politiques
Dans le cadre du cycle "La Ville et la Guerre" du Doctorat Sauvage en Architecture



Cargo 200 ?

En 2007, Alexei Balabanov revenait avec Cargo 200 sur la période qui sépare la fin de l’ère communiste proprement dite (mort de Tchernenko) de l’avènement de la Russie capitaliste d’aujourd’hui. En 1984, juste avant l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev, Balabanov dépeint la fin d’un régime. C'est tout le ciment social qui part en morceaux avec ses valeurs, et ses repères. Plus de morale, plus d’autorité, plus de contraintes sociales, les instincts les plus primaires refont surface. Cargo 200 est un hallucinant voyage collectif au bout de la nuit qui n’épargne rien à son spectateur. Une œuvre insoutenable, écœurante et fascinante par son jusqu’au-boutisme et son absence de concessions qui a séduit le jury du prix de l’Age d’or. Cette compétition distingue, fidèle en cela à son manifeste, un film qui s’écarte résolument de tout conformisme cinématographique.

« Spontanément, une idée me vient. Je suis fan d'un film russe qui n'est jamais montré en France et qui pourtant vaut à mon avis le coup d'oeil. Ce film est "Gruz-200" (parfois appelé Cargo-200 à l'export) de Balabanov. Le sujet est plutôt la violence, mais il se passe dans une ville imaginaire, Leninsk, filmée de manière très réaliste (l'action se passe en 1984, à la veille de la perestroika) ; il y a de très beaux plans urbains permettant de se rendre compte de ce qu'est un bourg soviétique en 1984. »

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 11 décembre 2014

Lieu tenu secret : rdv à Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05

CONFÉRENCE ET PRÉSENTATION D'UN LIVRE / JEUDI 20 NOVEMBRE 2014 / 18H30 / "UNE GUERRE À PERDRE - POUR L'EXEMPLE" / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Conférence autour du roman Partir en Guerre par son auteur Arthur Larrue, dans le cadre du cycle LA VILLE ET LA GUERRE du Doctorat Sauvage en Architecture



Portrait du Saint-Pétersbourg contemporain, ville mentale, de sa résistance symbolique à la tyrannie politique, par Arthur Larrue, auteur du roman Partir en Guerre (Allia) dont la publication en janvier 2013 déclencha son renvoi du territoire russe. Parmi les protagonistes de Partir en Guerre figurent quatre membres du groupe d'artistes dissidents Voïna (Guerre) avec lesquels l'auteur partagea trois mois de vie clandestine.

Extrait de Partir en Guerre :

Il (Oleg) s'était avancé au plus près de la corniche, avait défié le vide, levé sa canette de bière, et salué Pétersbourg qui s'étalait sous lui en pointant vers le ciel ses flèches d'églises, ses dômes en or, et désormais l'immense phallus phosphorescent qu'était son œuvre. Chaque ville a son problème: Paris rend méchant, New York tourne à vide, Pétersbourg vous change en mort. On n'y vit pas, on y flotte. Tous les nez moscovites qui se tordent de dégoût lorsqu'on parle de Pétersbourg disent la même chose, que là-bas l'air humide vous fait pourrir debout. A chaque ville son art de rue, à chaque pot son couvercle. Ici, il fallait faire entendre à ce vaste mausolée planté sur un marais qu'on bandait encore précisément comme les morts ne peuvent plus bander.

Intention de l'auteur :

"Mon propos tâchera de cerner la continuité qu'il y a entre l'architecture particulière de Pétersbourg et les caractéristiques tout aussi particulières de sa vie contemporaine. La conférence devrait durer un peu plus d'une heure, et pourrait se prolonger avec une discussion. Je parlerai en écrivain et en témoin, c'est à dire en artiste, et toute la pensée que je développerai visera à tirer de cette ville mentale les enseignements qui me permirent, notamment, d'écrire et de fonder _en acte_ une mauvaise conscience." Arthur Larrue

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 20 novembre 2014 à 18h30

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05


propulsé par DotClear