Actualité Échelle Inconnue

AGENDA DE LA CAMPAGNE DE RUSSIE D'ECHELLE INCONNUE DU 20 NOVEMBRE 2014 AU 26 FÉVRIER 2015




Depuis février 2014 Echelle Inconnue poursuit à Moscou et en Moldavie, « Makhnovtchina », le travail de création documentaire autour des formes mobiles et foraines de la ville.

Pourquoi ? Pour vérifier une intuition. Celle d'une histoire clandestine qui unirait, par delà le temps et les frontières, la Makhnovtchina, royaume sur roues des insurgés ukrainiens de 1917 à 1921, et le peuple mo-bile et nomade qui se reconstitue aux lisières des utopies métropolitaines.

Pourquoi encore ? lire la suite ici ou sur le site du DSEA


jeudi 20 novembre 2014 à 18h30

Conférence "Guerre à perdre - pour l'exemple" autour du livre Partir en Guerre, par son auteur Arthur Larrue
dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle La ville et la guerre
lire la suite ici
lieu : à Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen


jeudi 11 décembre 2014 à 18h30

Projection et commentaires du film : « CARGO-200 » (ou GRUZ-200 en russe) de Balabanov 1984 par Gilles Favarel
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle La ville et la guerre
lire la suite ici
lieu : Départ à Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers, vers un lieu tenu secret / Rouen


jeudi 29 janvier 2015 à 18h30

Projection et commentaire de film "Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique" par Massimo Olivero
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle Nos Pères
lire la suite ici
lieu : Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen


jeudi 26 février 2015 à 18h30

Conférence "Makhnovtchina Eastern" par Stany Cambot
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle Ville mobile
lire la suite ici
lieu : Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen



Tout l'agenda du doctorat sauvage en architecture en cliquant ici

Pour recevoir les informations en flux ou interagir avec nous sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFÉRENCE ET PROJECTION / 26 MARS 2015 / 18h30 / "LA FÊTE EST FINIE" PAR NICOLAS BURLAUD / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Le film revient sur l'année 2013, ou Marseille fut élue "capitale européenne de la Culture", et porte un regard critique sur l'opération, et sur son utilisation comme un accélérateur des processus de mutations urbaines qui redessinent la ville.



Marseille est en passe de devenir une ville comme les autres. Sous les assauts répétés des politiques d’aménagement, elle se lisse, s’embourgeoise, s’uniformise. Cette transformation se fait au prix d’une exclusion des classes populaires, repoussées toujours plus au Nord. Son élection en 2013 au titre de « Capitale européenne de la culture » a permis une accélération spectaculaire de cette mutation. Là où brutalité et pelleteuses avaient pu cristalliser inquiétude, résistances et analyses, les festivités nous ont plongés dans un état de stupeur. Elles n’ont laissé d’autre choix que de participer ou de se taire.

"LA FÊTE EST FINIE" TRESSE TROIS RÉCITS :

Celui de l'épisode du cheval de Troie : comment les Danaéens, ayant sans succès assiegé la ville de Troie pendant dix ans décident d'employer la ruse. Comment les Troyens, découvrant le cheval, débattent pour savoir s'il faut s'en méfier ou lui faire honneur. Cassandre les presse de le détruire mais la majorité décide de le faire entrer dans Troie. Les Troyens préparent alors une fête immense, ornent les temples de feuillage de fête, etc... On sait comment se termine l'histoire. Ce récit est fait à partir de textes antiques lus par le narrateur, et repris par un choeur de marseillais.

Celui des festivités organisées pendant l'année "Capitale de la Culture". Des grands évènements de rue qui prennent une dimension métaphorique, lorsque les marseillais défilent lors d'une grande transhumance de moutons guidée par une femme en longue robe blanche juchée sur 3 chevaux noirs, où lorsque un artiste de rue fait fabriquer au public une Ville de carton.

Celui de la transformation urbaine de Marseille, véritable campagne militaire par exemple sur la façade maritime, rebaptisée "waterfront" par les élites locales et leurs "partenaires privés". On voit aussi quelles résistances ce processus engendre, certains se demandant quelle place leur sera laissée dans "la Ville Nouvelle" qu'on leur promet.

MOT DU RÉALISATEUR :

"Au delà de l’intérêt local, je pense que le film dit des choses sur la concurrence acharnée que se livrent les villes moyennes et grandes en Europe pour attirer les investisseurs et la petite bourgeoisie intellectuelle qui n'ont que trop peu été entendues. Il pose également un regard sur le renversement historique que nous vivons où "la Culture", vecteur et valeur traditionnelles d'émancipation pourrait bien devenir, si ses acteurs ne s'interrogent pas sérieusement sur leur rôle, une arme au service de la bourgeoisie d'affaire et des promoteurs immobiliers." Nicolas Burlaud , réalisateur.


INFORMATIONS PRATIQUES :

Date et heure : Jeudi 26 mars 2015 à 18h30
Lieu : Echelle Inconnue / 18, rue Sainte-Croix des Pelletiers, 76000 Rouen
Entrée libre et gratuite

CONFÉRENCE / 26 FÉVRIER 2015 / 18h30 / "MAKHNOVTCHINA EASTERN " PAR STANY CAMBOT / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Pour clôturer ces quatre mois d'hivers russes (la dite "Campagne de Russie d'Echelle Inconnue), Stany Cambot présentera "Makhnovtchina", le travail de création documentaire autour des formes mobiles et foraines de la ville qu'Echelle Inconnue poursuit à Moscou et en Moldavie Depuis février 2014.


Après la Moldavie, le projet Makhnovtchina a posé sa caravane à Moscou. Travail miroir ou comparatiste, il s'est attaché à lever des proximités entre les villes d'ici et de là-bas. Et, a parfois découvert certaines clefs de problèmes urbains et culturels français oubliées là-bas. Après x mois de travail se révèle au travers de films, textes et entretiens, une certaine « Leçon Russe » qui peut éclairer sous un autre angle la Ville France. Ainsi, alors que les Russes tirent les leçons et possibles applications à Moscou entre autre de la métropolisation du Grands Paris, nous pourrions tirer celles de leur expérience de la ville mobile légère et informelle qui fut celle de la « transition démocratique » mais surtout économique et que les crises actuelles voient refleurir à l'Ouest de l'Europe. Plus clairement qu'ici, la ville mobile mobile se dévoile à l'Est comme le fruit d'un projet urbain et économique.

Container de qui es-tu la maison ? Ou comment la ville mobile construit la ville sédentaire. Depuis la révolution au moins les sept collines de Moscou sont en perpétuel chantier. Comme toutes les villes du monde, Moscou grossi et enfle au-delà de ce que l'on peut appeler métropole -12 millions d'habitants. Ce chantier, un temps arrêté par la « transition », a repris et a besoin de main d’œuvre. Celle-ci vient des anciennes républiques soviétiques et loge, comme elle peut, sur les chantiers mêmes, le plus souvent dans des containers ou nomadise d'appartement en chantier d'appartement. Une ville asiatique mobile dans la ville russe sans yourte.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : Echelle Inconnue, 18, rue Sainte-Croix des Pelletiers - 76000 Rouen

Date et heure : le jeudi 26 février à 18h30

contact : 02 35 70 40 05 / mel@echelleinconnue.net

PROJECTION / J' AI HUIT ANS / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 25 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

Projection de "J’ai huit ans" d'Y. Le Masson, O. Baïdar-Poliakoff et R. Vautier

A partir de leurs dessins, des enfants algériens parlent de leur expérience de la guerre.

Projeté clandestinement, saisi 17 fois et censuré pendant 12 ans, un film majeur sur la guerre d’Algérie.

Après le film, Echelle Inconnue projettera : "Une Ville détruite par des hommes en uniforme". Un film de Stany Cambot (19mn)

Hypothèse 3 du projet Smala Film réalisé à partir d’un diptyque vidéo conçu, monté et présenté à Villeurbanne, dans le cadre du projet Phare, organisé par le KompleXKapharnaüm en 2009.

PROJECTION / SÉANCE "GROUPES MEDVEDKINE" / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 18 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

Projection d'une sélection de films tournés par les Groupes Medvekine entre 1968 et 1973.

En mars 1967, le cinéaste Chris Marker reçoit une lettre de Pol Cèbe, ouvrieimagesr à l’usine Rhodiaceta de Besançon. Les ouvriers sont grève et lui demandent de leur envoyer des films pour développer l’animation culturelle durant l’occupation. Chris Marker se rend à Besançon et filme de l’intérieur la grève des Rhodiaceta en faisant participer les ouvriers à la mise en scène et à la fabrication du film. A bientôt j’espère sortira en salle un an plus tard.

Cette expérience va déboucher sur la création de deux groupes d’ouvriers et de techniciens du cinéma mettant leur pratique en commun pour la création de films militants, à Besançon puis Sochaux. Ces groupes prennent le nom de Medvekine, en hommage au travail réalisé dans les campagnes russes, au début des années 1930, par le cinéaste soviétique Alexandre Medvekine.

Après le film, Echelle Inconnue projettera :

"Ici, les ouvriers Ouzbecks ne nomadisent pas en yourte" (2014). Un film de Stany Cambot (6mn)

Il a vingt ans, est Ouzbek mais contrairement à l’image d’Épinal ce n’est pas en yourte qu’il nomadise mais de chantier en chantier, d’appartement en appartement. Trois ans, qu’avec ses deux compagnons, il habite les lieux mêmes des chantiers moscovites sur lesquels il travaille.

PROJECTION / CARGO-200 / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 11 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

"Cargo-200", un film d'Alekseï Balabanov réalisé en 2007

Synopsis : 1984. Dans un petit village perdu de la province russe, un policier maniaque enlève la fille d’un responsable local du parti communiste. Le seul espoir pour la jeune fille : son fiancé militaire, capable de la libérer du cauchemar. Mais il est tué en Afghanistan.

Aleksei Balabanov, se voyait comme le “rock’n’rolleur anti-establishment du cinéma russe” et poursuivait le but de réaliser “un cinéma dur et scandaleux", écrivait le Guardian dans la nécrologie que le quotidien avait consacrée au réalisateur, mort en 2013 à l’âge de 54 ans. Les films de Balanov sont “des comédies noires qui fixent sans ciller le caractère lugubre et la violence des derniers jours du communisme et de la société post-soviétique.”

Pratiquement inconnu en Europe, il avait rencontré le succès populaire en Russie avec les films d’action aux accents nationalistes Brat et Brat 2. Des cercueils avec des soldats soviétiques tués en Afghanistan, la vodka qui coule à flots, un policier qui torture ses détenus : Cargo 200 avait choqué par sa violence, et n’avait pas trouvé de télévision pour le diffuser.

Après le film, Echelle Inconnue projettera :

"Oleg artiste ou businessman de Moscou ville foraine" (2014). Un film de Stany Cambot (6mn)

De l’Ukraine à Moscou en passant par la Moldavie et, peut-être, bientôt, la France.

Ce n’est pas, dans le désordre, le parcours qui mena le jeune Makhno de Goulai Polié à la prison moscovite de Boutyrka puis de l’Ukraine à la France en passant par la Moldavie pour échapper aux balles russes et françaises en 1922.

Mais plus simplement le parcours d’un drôle de véhicule forain croisé avec son propriétaire au bord d’un trottoir de la gare de Bieloruskaya.

Nous l’avions croisé en Moldavie déjà, mais c’est d’Ukraine que vient la voiture/café. C’est Oleg qui nous le dit à l’arrière de son véhicule équipé.

PROJECTION / NESTOR MAKHNO, PAYSANS D'UKRAINE / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 04 FEVRIER 2015 À 20H00 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

Hélène Chatelain (1995) 58mn

Lire la suite

ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA À LA FERME DES BOUILLONS / TOUS LES MERCREDIS DE FEVRIER 2015





Tous les mercredis de février, Echelle Inconnue présentera des films à la Ferme des Bouillons en lui avec leur projet en cours : Makhnovtchina.

Chaque soirée sera aussi l'occasion de diffuser les films du groupe et de discuter sur ses travaux, recherches (...) en Haute-Normandie comme en Russie ou en Moldvie.

Vous trouverez la programmation complète sur le site de la La Ferme des Bouillons.


mercredi 4 février 2015 à 20h00

Nestor Makhno, Paysans d’Ukraine d'Hélène Chatelain (1995) 58mn
suivi de Babouchka / Brichkas, de Stany Cambot (2014) 8mn
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan


mercredi 11 février 2015 à 19h30

CARGO-200 (ou GRUZ-200 en russe) de Balabanov (1984) 96mn
suivi de Oleg artiste ou businessman de Moscou ville foraine (2014) 6mn
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan


mercredi 18 février 2015 à 19h30

Séance “Groupes Medvekine” 1968-1973
suivi de Ici, les ouvriers Ouzbecks ne nomadisent pas en yourte (2014) 6min
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan


mercredi 25 février 2015 à 19h30

J’ai huit ans d'Y. Le Masson, O. Baïdar-Poliakoff et R. Vautier (1961) 8mn
suivi de Une Ville détruite par des hommes en uniforme (2013) 19mn
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan



Plus d'informations sur Echelle Inconnue en cliquant ici et sur le projet Makhnovtchinaici

Pour recevoir les informations en flux ou interagir avec nous sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFÉRENCE - CINÉCLUB / JEUDI 29 JANVIER 2015 / 18H30 / "LE CINÉ-TRAN DE MEDVEDKINE OU LE MIROIR MAGIQUE"

Projection et commentaire de film "Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique" par Massimo Olivero, doctorant sur le cinéma russe.
Dans le cadre du cycle "...Et nos pères" du Doctorat Sauvage en Architecture

Dans cette intervention, nous allons analyser certains des films réalisés par Medvedkine et son équipe de travail dans le projet du « Ciné-train » au début des années 30, pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique. L’objectif du projet était de filmer la « réalité soviétique » puis de la montrer immédiatement au peuple. Les courts-métrages donnaient un point de vue critique sur les réalités contextualisées et, par ce moyen, souhaitaient intervenir directement sur la communauté, en particulier sur sa productivité. En effet, la fonction première recherchée dans la réalisation de ces films était de générer un débat, une critique idéalement constructive et dialectique sur les conditions de vie de la communauté. Souvent, ces films furent générateurs et déclencheurs de tensions, latentes, entre les membres qui débattaient des problèmes soulevés par les films après leur projection et surtout tentaient d’y trouver une solution « rapide ». Ce travail collectif fut riche d’une véritable collaboration et participation active des habitants, dans les rôles d’acteurs, de spectateurs et d’interprètes. Emma Widdis fait allusion à un effet de « miroir magique » que produisait le ciné-train dans sa tentative de représenter fidèlement la réalité, puis de la changer et de transformer la communauté en citoyens soviétiques.

Contemporain d’une société qui privilégia l’exaltation des résultats obtenus et minimisa les échecs, le choix par Medvedkine de montrer en images les problèmes, dans une tentative assumée de les résoudre, fut une prise de risque. Ce rôle actif du cinéma et sa possible incidence sur la société, idéalement accepté mais en réalité craint par le système, furent l’épée de Damoclès du projet et la raison fondamentale de sa fin.

Dans notre analyse des films qui restent encore disponibles (la plupart ayant disparu), nous observerons comment Medvedkine a tracé la structure du cinéma militant, pensé comme un instrument capable d’intervenir concrètement dans la société afin de créer un nouveau type de communauté.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 29 janvier 2015

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05

PROJECTION ET COMMENTAIRES DU FILM "CARGO 200" DE BALABANOV, DANS UN LIEU TENU SECRET / RDV JEUDI 11 DÉCEMBRE / 18H30 À ECHELLE INCONNUE / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Projection et commentaires du film : « CARGO-200 » (ou GRUZ-200 en russe) de Balabanov, 2007. Par Gilles Favarel, docteur en sciences politiques
Dans le cadre du cycle "La Ville et la Guerre" du Doctorat Sauvage en Architecture



Cargo 200 ?

En 2007, Alexei Balabanov revenait avec Cargo 200 sur la période qui sépare la fin de l’ère communiste proprement dite (mort de Tchernenko) de l’avènement de la Russie capitaliste d’aujourd’hui. En 1984, juste avant l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev, Balabanov dépeint la fin d’un régime. C'est tout le ciment social qui part en morceaux avec ses valeurs, et ses repères. Plus de morale, plus d’autorité, plus de contraintes sociales, les instincts les plus primaires refont surface. Cargo 200 est un hallucinant voyage collectif au bout de la nuit qui n’épargne rien à son spectateur. Une œuvre insoutenable, écœurante et fascinante par son jusqu’au-boutisme et son absence de concessions qui a séduit le jury du prix de l’Age d’or. Cette compétition distingue, fidèle en cela à son manifeste, un film qui s’écarte résolument de tout conformisme cinématographique.

« Spontanément, une idée me vient. Je suis fan d'un film russe qui n'est jamais montré en France et qui pourtant vaut à mon avis le coup d'oeil. Ce film est "Gruz-200" (parfois appelé Cargo-200 à l'export) de Balabanov. Le sujet est plutôt la violence, mais il se passe dans une ville imaginaire, Leninsk, filmée de manière très réaliste (l'action se passe en 1984, à la veille de la perestroika) ; il y a de très beaux plans urbains permettant de se rendre compte de ce qu'est un bourg soviétique en 1984. »

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 11 décembre 2014

Lieu tenu secret : rdv à Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05

CONFÉRENCE ET PRÉSENTATION D'UN LIVRE / JEUDI 20 NOVEMBRE 2014 / 18H30 / "UNE GUERRE À PERDRE - POUR L'EXEMPLE" / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Conférence autour du roman Partir en Guerre par son auteur Arthur Larrue, dans le cadre du cycle LA VILLE ET LA GUERRE du Doctorat Sauvage en Architecture



Portrait du Saint-Pétersbourg contemporain, ville mentale, de sa résistance symbolique à la tyrannie politique, par Arthur Larrue, auteur du roman Partir en Guerre (Allia) dont la publication en janvier 2013 déclencha son renvoi du territoire russe. Parmi les protagonistes de Partir en Guerre figurent quatre membres du groupe d'artistes dissidents Voïna (Guerre) avec lesquels l'auteur partagea trois mois de vie clandestine.

Extrait de Partir en Guerre :

Il (Oleg) s'était avancé au plus près de la corniche, avait défié le vide, levé sa canette de bière, et salué Pétersbourg qui s'étalait sous lui en pointant vers le ciel ses flèches d'églises, ses dômes en or, et désormais l'immense phallus phosphorescent qu'était son œuvre. Chaque ville a son problème: Paris rend méchant, New York tourne à vide, Pétersbourg vous change en mort. On n'y vit pas, on y flotte. Tous les nez moscovites qui se tordent de dégoût lorsqu'on parle de Pétersbourg disent la même chose, que là-bas l'air humide vous fait pourrir debout. A chaque ville son art de rue, à chaque pot son couvercle. Ici, il fallait faire entendre à ce vaste mausolée planté sur un marais qu'on bandait encore précisément comme les morts ne peuvent plus bander.

Intention de l'auteur :

"Mon propos tâchera de cerner la continuité qu'il y a entre l'architecture particulière de Pétersbourg et les caractéristiques tout aussi particulières de sa vie contemporaine. La conférence devrait durer un peu plus d'une heure, et pourrait se prolonger avec une discussion. Je parlerai en écrivain et en témoin, c'est à dire en artiste, et toute la pensée que je développerai visera à tirer de cette ville mentale les enseignements qui me permirent, notamment, d'écrire et de fonder _en acte_ une mauvaise conscience." Arthur Larrue

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 20 novembre 2014 à 18h30

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05

LA CAMPAGNE DE RUSSIE D'ECHELLE INCONNUE / NOV-DÉC-JANV-FÉV : 4 MOIS D'HIVER RUSSE / DOCTORAT SAUVAGE EN ACHITECTURE

Depuis février 2014 Echelle Inconnue poursuit à Moscou et en Moldavie, « Makhnovtchina », le travail de création documentaire autour des formes mobiles et foraines de la ville.

Pourquoi ? Pour vérifier une intuition. Celle d'une histoire clandestine qui unirait, par delà le temps et les frontières, la Makhnovtchina, royaume sur roues des insurgés ukrainiens de 1917 à 1921, et le peuple mo-bile et nomade qui se reconstitue aux lisières des utopies métropolitaines.

Pourquoi encore ? Parce qu'aujourd'hui, un autre Orient, oublié, se rappelle à nous. Il fait trembler les fron-tières de l'Ukraine, et fait croire aux villes de France à leur invasion par des Tziganes, Roumains, Bulgares ou Hongrois terrés dans les bidonvilles de leurs périphéries. L'image même du peuple mobile, jusqu'alors incarnée en la figure du Manouche, ou celle plus méditerranéenne du Gitan, s'est orientalisée.

C'est donc naturellement dans cet Est, que notre vieille affaire orientaliste fantasme, qu'il nous fallait aussi interroger, explorer, co-naître, représenter et comprendre la Ville Mobile, Nomade ou Foraine.

La boite à outil du Doctorat Sauvage En Architecture s'ouvre alors sur des outils de compréhension de cet Est mais surtout de ce qu'il dit, interroge et révèle de nous.

Quatre mois « d'Hiver Russe » donc pour comprendre.

AGENDA DE LA CAMPAGNE DE RUSSIE D'ECHELLE INCONNUE NOVEMBRE 2014 > FÉVRIER 2015

Jeudi 20 novembre à 18h30 - Cycle la ville et la guerre, avec Arthur Larrue :

Comprendre la guerre (ni froide ni de bloc qu'OSCE et OTAN travaillent à nous faire ré-avaler) mais celle de l'intérieur qui unit tous les pays dans leur mode de gouvernement anti terrorisme.

Jeudi 11 décembre à 18h30 - Cycle la ville et la guerre, avec Gilles Favarel :

Comprendre la guerre encore et ce qu'elle modifie de la ville avec la projection commentée de "Cargo-200".

Jeudi 29 janvier à 18h30 - Cycle Nos Pères, avec Massimo Olivero :

Comprendre encore le cinéma comme outil politique et de société qu'initia Medvekine avant d'être repris 40 plus tard en France par Cris Marker.

Jeudi 26 février 18h30 - Cycle Ville Mobile, avec Stany Cambot :

Comprendre enfin comment la ville mobile répond aux besoins de la ville planifiée, ici comme là bas. Et envisager l'histoire clandestine et mobile qui unit la troisième voie politique que fut la Makhnovtchina, la troisième voie économique que fut la « transition russe » et la troisième voie « urbaine ».

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN
Tel : 02 35 70 40 05

APÉRO CODELAB #31 _ jeudi 11 novembre 2014 _ 20h



Nouvelle lubie des institutions, le numérique ne vaut, pour autant, pas en soi. Il n'est révolution que par ses usages et applications. C'est son interférence avec nos réels quotidiens, sociaux, politiques, économiques, spatiaux et urbains qui nous intéresse ici, et que nous tentons d'explorer, questionner et pratiquer tant à travers nos projets qu'à travers notre Doctorat Sauvage En Architecture. C'est dans ce cadre, et au sein du cycle ville numérique, qu'Echelle Inconnue a souhaité organiser un apéro CODELAB, le 31ème depuis 2008.

CODELAB.FR ? Codelab est un forum consacré aux pratiques expérimentales de création d'image, de vidéo, de son et de musique qui utilisent des langages de programmation, de programmation visuelle ou d'expérimentation électronique. Les apéros Codelab sont donc des soirées pour découvrir ou partager des goûts, des connaissances, des valeurs autour de la création numérique (rencontres, free, prototyping, hacking, demos, openhardware…). Ils sont organisés à l’initiative du réseau de membres du forum codelab.fr.

PROGRAMME (en cours d’élaboration) :

- Présentation par Pierre Michelon d’un "atlas" en ligne en cours de construction, intitulé "Vanmélé". « L'atlas a pour but de réunir des archives, des témoignages, des vidéos, des entretiens, des traductions, concernant les déportations politiques perpétuées dans l'ensemble de l'empire colonial français. L'idée de départ serait d'arriver à cartographier leurs histoires, tout en mettant en avant les violences subies, les idéo-logies réprimées, les réseaux de solidarités internationales mais aussi leurs impossibilités ». Pierre Michelon

- Présentation par Pierre Commenge, le fondateur de codelab.fr et membre d’Echelle Inconnue, du Nigloblaster et sa version 2.0 en projet. Le Nigloblaster a pour ambition de devenir une caravane cinéma GPS pour bicyclette, une œuvre numérique mobile. Projet à découvrir sur http://makhnovtchina.org/journal/?154-niglo-blaster.html

- Présentation par Simon Leroux de son dernier projet Stereoscopia, en cours de réalisation. Il vient également chercher des solutions techniques pour la suite.

- Présentation par Arnaud Le Marchand, économiste à l'université du Havre, de ses recherches sur "le numérique et l'auto-organisation des marins". "Il y a maintenant une grande ’importance du numérique dans la vie des marins, malgré les difficultés de connexion. Mais cette importance ne doit pas dissimuler la faiblesse de son utilisation pour trouver un emploi, ou pour mener une activité syndicale. La communauté virtuelle est ici une construction d’un opérateur. Mais le navire de commerce devenant une entité connectée, les compétences numérique des marins devrait s’accroître. Cela peut avoir des effets en retour, sur leur capacité à organiser une cyberpolitique." A. Le Marchand

- Et bien sûr des membres du Hackerspace de Rouen, Jeanne d’Hack, qui présenteront leurs projets, créations, bidouilles et pourront apporter des aides techniques sur ceux des autres.

NOUVEAUTÉ : depuis le 30 octobre tous nos événements sont retransmis en live ou en replay à cette adresse internet : http://bambuser.com/channel/Doctorat+Sauvage. Il est également possible de tweeter en interaction avec le hashtag #doctoratsauvage.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Date et Heure : jeudi 13 novembre 2014 / 20h

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Tel : 02 35 70 40 05

Twitter : @echelleinconnue

POITIERS / 05/11/2014 / "RENCONTRE CULTURE NUMÉRIQUE"

"Les rencontres "culture numérique" organisées par le Ministère de la culture et de la communication visent à valoriser et partager expériences, projets et pratiques et à susciter réflexions et échanges sur les deux grandes problématiques que sont la médiation et l'éducation avec le numérique. Elles visent donc en priorité les professionnels en exercice dans les secteurs culturels, socio-culturels et éducatifs." (lire la suite ici)

"Relire la ville comme un train fantôme", un projet d'Echelle Inconnue

Le 05 Novembre, Echelle Inconnue y est invité pour présenter son projet "Relire la ville comme un train fantôme" qui a eu lieu en 2014 (pour en savoir plus)

Plus d'informations sur la rencontre du 05 novembre :

Cette rencontre est consacrée à la question de l'éducation artistique et culturelle à l'heure du numérique sous l'angle des résidences, ateliers et actions artistiques menés avec des outils numériques dans des établissements scolaires ou culturels en relation avec des publics jeunes. Elle permettra d'exposer les points de vue d'institutions et d'artistes à travers la présentation de nombreux exemples concrets.

Cette rencontre est organisée en partenariat avec l'Espace Mendès France et le Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt / réseau de l'enseignement agricole. Elle s'articule avec un stage de formation sur le numérique à destination des enseignants d'éducation socio-culturelle des lycées agricoles.

La rencontre est accessible gratuitement : seule une inscription préalable en ligne est requise (cf. rubrique Inscription ci-contre). Après avoir complété et envoyé le formulaire, vous recevrez un mél de confirmation de votre inscription, après validation de celle-ci

LA NUIT DE LA CARTOGRAPHIE : UN VOYAGE AU COEUR DE LA CARTOGRAPHIE RADICALE / JEUDI 30 OCTOBRE / 18H30 / DOCTORAT SAUVAGE EN ACHITECTURE

Conférence par Philippe Rekacewicz, journaliste au Monde Diplomatique, auteur de visionscarto.net

Dans le cadre du cycle "ville et représentations" du Doctorat Sauvage en Architecture



Conférence et atelier. « Depuis des décennies, la cartographie traditionnelle revendique le statut de science exacte s’appuyant sur des données fiables. Elle se targue de fournir une image neutre et fidèle de la réalité. Mais une telle approche fait l’impasse sur l’utilisation politique et sociale de la carte, et sur son rôle tant de propagande que de contestation. Depuis le début des années 2000, et dans le désordre, émerge une pratique cartographique qui se dit « radicale » (on parle aussi de « cartographie critique » ou de « contre-cartographie »), riche combinaison revendiquée d’art, de sciences, de géographie, de politique et de militantisme social. »
extrait de l'article « Cartographie radicale » de Philippe Rekacewicz pour le Monde Diplomatique – février 2013

exposition. Fonds de tiroirs ou déjà fonds cartographiques ? Depuis 15 ans nous réalisons les cartes manquantes de la ville avec ses invisibles. Des cartes donc, par dizaines, centaines peut-être, dont nous présenterons quelques exemplaires extraits des archives du groupe. Une exposition ? Non, plutôt un début d'Atlas clandestin accroché au mur !

Lancement du petit livre #8. « les arpenteurs de Sanson et les 500 curés espagnol une autre histoire de la cartographie ». C'est comme tout, l'estomac dévorant de la branchitude à finit d'avaler l'exercice cartographique dans ses centres d'art. Une occasion de revenir sur les voies abandonnées de la cartographie et leurs promesses.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 30 octobre 2014 / à partir de 18h30

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05


propulsé par DotClear