Actualité Échelle Inconnue

Crash-test du Nigloblaster

Première sortie du Nigloblaster 2.0 au Pollet le mercredi 29 juillet 2015

Lire la suite

SOIRÉE MAKE // HACK - 25 juin 2015 18h30 - Par Amaëlle Guiton, le hackerspace Jeanne d'Hack et Remi "Trankilloman" Lukowski - DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE


Première partie de soirée :
« (H)ac(K)tivismes »

En 1996, le poète américain John Perry Barlow écrivait la "Déclaration d'indépendance du cyberespace". Près de vingt ans plus tard, l'Internet est plus que jamais un espace d'affrontement, politique et économique. Mais la structure même du réseau bouleverse en profondeur les modalités d'expression et d'organisation. Comprendre les processus politiques pour les "hacker" : c'est la démarche des hacktivistes, défenseurs des libertés à l'ère numérique.

Deuxième partie de soirée :
« Le plastique et l'imprimante 3D géante de Jeanne d'hack, RepRap Jeanne »

Une conférence sur le plastique et ses vertus avant le crash‐test public de l'imprimante 3D géante du Hackerspace Jeanne‐D'Hack. De l'utilité de l'impression 3d et des plastiques dans la culture du hacking et du Do It Yourself.

PLUS D'INFORMATION SUR LE DOCTORAT SAUVAGE ICI (philosophie, programmation conférences passées etc.)

AGENDA DU DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE DE MARS À JUIN 2015



jeudi 26 mars 2015 à 18h30

Conférence et projection du film "La fête est finie" par son réalisateur Nicolas Burlaud
dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle "La ville et la guerre"
lire la suite ici
lieu : à Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen


jeudi 23 avril 2015 à 18h30

Conférence : "Un cursus pour les intellectuels organiques ? Le cas de la licence en design de l’Universidad Autónoma Metropolitana" par Annabela Tournon
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle "Et nos Pères"
lire la suite ici
lieu : à Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers, vers un lieu tenu secret / Rouen


jeudi 28 mai 2015 à 18h30

Conférence-performance "Un chercheur face à son corpus : L'espace public plébéien dans les années 1930. Entre surveillance et normativité" par Guillaume Neveu et Nathanaël Frérot
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle "La Ville et la Guerre"
lire la suite ici
lieu : Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen


jeudi 25 juin 2015 à 18h30

Conférence "[H]ac[K]tivismes ?" par Amaëlle Guiton
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture / cycle "Ville Numérique"
lieu : Echelle Inconnue, 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen



Toute l'information sur le Doctorat Sauvage En Architecture en cliquant ici

Les soirées dans nos locaux à Rouen sont disponibles sur internet en live puis en replay par ici.

Pour recevoir les informations en flux ou interagir avec nous sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFÉRENCE-PERFORMANCE / 28 MAI 2015 / 18h30 / "UN CHERCHEUR FACE À SON CORPUS" PAR GUILLAUME NEVEU ET NATHANAEL FRÉROT / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

"Réprimer la parole militante : la sauvegarde de la nation dans les années 30"

Lire la suite

"Un épisode Doctorat Sauvage En Architecture au Café Sauvage à Caen : Normandie/Moscou le royaume sur roues" par Stany Cambot



Le vendredi 15 mai à 19h, Echelle Inconnue vous invite à une soirée du Doctorat Sauvage En Architecture hors les murs et vous propose de revenir sur sa dernière publication qui émane du projet au long cours Makhnovtchina. Il s'agit d'un projet indiscipliné et forain qui vise à expérimenter, à apporter de la connaissance et à cartographier la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques en Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie). Concrètement, nous partons à la rencontre des habitants ou des travailleurs mobiles et tentons de faire émaner de la connaissance sur leurs modes de vie. Nous travaillons par exemple avec des ouvriers qui habitent en container à Moscou, des roms en bidonville au Havre, mais aussi des personnes habitant en camion, en caravane, en yourte (etc.) et créons, avec eux, des films, des expositions, des dispositifs numériques, des publications etc.

Cette soirée sera alors l'occasion de présenter des images et des courts-métrages réalisés avec ces personnes en Normandie et à l'Est de l'Europe.

Cet événement se déroulera au Café Sauvage situé à Caen, lieu hybride proposant aussi bien concerts, ateliers en tous genres que restauration et détente.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : Le café Sauvage, 36 rue Saint Manvieu, Caen
Date et heure : Vendredi 15 mai 2015 à 19h
Contact mail et téléphone d'Echelle Inconnue : mel@echelleinconnue.net / 02 35 70 40 05

CONFÉRENCE / 23 AVRIL 2015 / 18h30 / "UN CURSUS POUR LES INTELLECTUELS ORGANIQUES ?" PAR ANNABELA TOURNON / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

« Un cursus pour les intellectuels organiques ? Le cas de la licence en design de l’Universidad Autónoma Metropolitana. »

Lire la suite

CONFÉRENCE ET PROJECTION / 26 MARS 2015 / 18h30 / "LA FÊTE EST FINIE" PAR NICOLAS BURLAUD / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Le film revient sur l'année 2013, ou Marseille fut élue "capitale européenne de la Culture", et porte un regard critique sur l'opération, et sur son utilisation comme un accélérateur des processus de mutations urbaines qui redessinent la ville.



Marseille est en passe de devenir une ville comme les autres. Sous les assauts répétés des politiques d’aménagement, elle se lisse, s’embourgeoise, s’uniformise. Cette transformation se fait au prix d’une exclusion des classes populaires, repoussées toujours plus au Nord. Son élection en 2013 au titre de « Capitale européenne de la culture » a permis une accélération spectaculaire de cette mutation. Là où brutalité et pelleteuses avaient pu cristalliser inquiétude, résistances et analyses, les festivités nous ont plongés dans un état de stupeur. Elles n’ont laissé d’autre choix que de participer ou de se taire.

"LA FÊTE EST FINIE" TRESSE TROIS RÉCITS :

Celui de l'épisode du cheval de Troie : comment les Danaéens, ayant sans succès assiegé la ville de Troie pendant dix ans décident d'employer la ruse. Comment les Troyens, découvrant le cheval, débattent pour savoir s'il faut s'en méfier ou lui faire honneur. Cassandre les presse de le détruire mais la majorité décide de le faire entrer dans Troie. Les Troyens préparent alors une fête immense, ornent les temples de feuillage de fête, etc... On sait comment se termine l'histoire. Ce récit est fait à partir de textes antiques lus par le narrateur, et repris par un choeur de marseillais.

Celui des festivités organisées pendant l'année "Capitale de la Culture". Des grands évènements de rue qui prennent une dimension métaphorique, lorsque les marseillais défilent lors d'une grande transhumance de moutons guidée par une femme en longue robe blanche juchée sur 3 chevaux noirs, où lorsque un artiste de rue fait fabriquer au public une Ville de carton.

Celui de la transformation urbaine de Marseille, véritable campagne militaire par exemple sur la façade maritime, rebaptisée "waterfront" par les élites locales et leurs "partenaires privés". On voit aussi quelles résistances ce processus engendre, certains se demandant quelle place leur sera laissée dans "la Ville Nouvelle" qu'on leur promet.

MOT DU RÉALISATEUR :

"Au delà de l’intérêt local, je pense que le film dit des choses sur la concurrence acharnée que se livrent les villes moyennes et grandes en Europe pour attirer les investisseurs et la petite bourgeoisie intellectuelle qui n'ont que trop peu été entendues. Il pose également un regard sur le renversement historique que nous vivons où "la Culture", vecteur et valeur traditionnelles d'émancipation pourrait bien devenir, si ses acteurs ne s'interrogent pas sérieusement sur leur rôle, une arme au service de la bourgeoisie d'affaire et des promoteurs immobiliers." Nicolas Burlaud , réalisateur.


INFORMATIONS PRATIQUES :

Date et heure : Jeudi 26 mars 2015 à 18h30
Lieu : Echelle Inconnue / 18, rue Sainte-Croix des Pelletiers, 76000 Rouen
Entrée libre et gratuite

PARIS-LIBRAIRIE LE CABANON / 19/03/2015 / "LA VILLE N'EST-ELLE FAITE QUE DE MURS ?"

SOIRÉE AUTOUR DE LA DERNIÈRE REVUE D'ECHELLE INCONNUE, SUR LE THÈME DE LA VILLE MOBILE : MAKHNOVTCHINA #5

Lire la suite

CONFÉRENCE / 26 FÉVRIER 2015 / 18h30 / "MAKHNOVTCHINA EASTERN " PAR STANY CAMBOT / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Pour clôturer ces quatre mois d'hivers russes (la dite "Campagne de Russie d'Echelle Inconnue), Stany Cambot présentera "Makhnovtchina", le travail de création documentaire autour des formes mobiles et foraines de la ville qu'Echelle Inconnue poursuit à Moscou et en Moldavie Depuis février 2014.


Après la Moldavie, le projet Makhnovtchina a posé sa caravane à Moscou. Travail miroir ou comparatiste, il s'est attaché à lever des proximités entre les villes d'ici et de là-bas. Et, a parfois découvert certaines clefs de problèmes urbains et culturels français oubliées là-bas. Après x mois de travail se révèle au travers de films, textes et entretiens, une certaine « Leçon Russe » qui peut éclairer sous un autre angle la Ville France. Ainsi, alors que les Russes tirent les leçons et possibles applications à Moscou entre autre de la métropolisation du Grands Paris, nous pourrions tirer celles de leur expérience de la ville mobile légère et informelle qui fut celle de la « transition démocratique » mais surtout économique et que les crises actuelles voient refleurir à l'Ouest de l'Europe. Plus clairement qu'ici, la ville mobile mobile se dévoile à l'Est comme le fruit d'un projet urbain et économique.

Container de qui es-tu la maison ? Ou comment la ville mobile construit la ville sédentaire. Depuis la révolution au moins les sept collines de Moscou sont en perpétuel chantier. Comme toutes les villes du monde, Moscou grossi et enfle au-delà de ce que l'on peut appeler métropole -12 millions d'habitants. Ce chantier, un temps arrêté par la « transition », a repris et a besoin de main d’œuvre. Celle-ci vient des anciennes républiques soviétiques et loge, comme elle peut, sur les chantiers mêmes, le plus souvent dans des containers ou nomadise d'appartement en chantier d'appartement. Une ville asiatique mobile dans la ville russe sans yourte.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : Echelle Inconnue, 18, rue Sainte-Croix des Pelletiers - 76000 Rouen

Date et heure : le jeudi 26 février à 18h30

contact : 02 35 70 40 05 / mel@echelleinconnue.net

PROJECTION / J' AI HUIT ANS / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 25 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

Projection de "J’ai huit ans" d'Y. Le Masson, O. Baïdar-Poliakoff et R. Vautier

A partir de leurs dessins, des enfants algériens parlent de leur expérience de la guerre.

Projeté clandestinement, saisi 17 fois et censuré pendant 12 ans, un film majeur sur la guerre d’Algérie.

Après le film, Echelle Inconnue projettera : "Une Ville détruite par des hommes en uniforme". Un film de Stany Cambot (19mn)

Hypothèse 3 du projet Smala Film réalisé à partir d’un diptyque vidéo conçu, monté et présenté à Villeurbanne, dans le cadre du projet Phare, organisé par le KompleXKapharnaüm en 2009.

PROJECTION / SÉANCE "GROUPES MEDVEDKINE" / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 18 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

Projection d'une sélection de films tournés par les Groupes Medvekine entre 1968 et 1973.

En mars 1967, le cinéaste Chris Marker reçoit une lettre de Pol Cèbe, ouvrieimagesr à l’usine Rhodiaceta de Besançon. Les ouvriers sont grève et lui demandent de leur envoyer des films pour développer l’animation culturelle durant l’occupation. Chris Marker se rend à Besançon et filme de l’intérieur la grève des Rhodiaceta en faisant participer les ouvriers à la mise en scène et à la fabrication du film. A bientôt j’espère sortira en salle un an plus tard.

Cette expérience va déboucher sur la création de deux groupes d’ouvriers et de techniciens du cinéma mettant leur pratique en commun pour la création de films militants, à Besançon puis Sochaux. Ces groupes prennent le nom de Medvekine, en hommage au travail réalisé dans les campagnes russes, au début des années 1930, par le cinéaste soviétique Alexandre Medvekine.

Après le film, Echelle Inconnue projettera :

"Ici, les ouvriers Ouzbecks ne nomadisent pas en yourte" (2014). Un film de Stany Cambot (6mn)

Il a vingt ans, est Ouzbek mais contrairement à l’image d’Épinal ce n’est pas en yourte qu’il nomadise mais de chantier en chantier, d’appartement en appartement. Trois ans, qu’avec ses deux compagnons, il habite les lieux mêmes des chantiers moscovites sur lesquels il travaille.

PROJECTION / CARGO-200 / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 11 FEVRIER 2015 À 19H30 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

"Cargo-200", un film d'Alekseï Balabanov réalisé en 2007

Synopsis : 1984. Dans un petit village perdu de la province russe, un policier maniaque enlève la fille d’un responsable local du parti communiste. Le seul espoir pour la jeune fille : son fiancé militaire, capable de la libérer du cauchemar. Mais il est tué en Afghanistan.

Aleksei Balabanov, se voyait comme le “rock’n’rolleur anti-establishment du cinéma russe” et poursuivait le but de réaliser “un cinéma dur et scandaleux", écrivait le Guardian dans la nécrologie que le quotidien avait consacrée au réalisateur, mort en 2013 à l’âge de 54 ans. Les films de Balanov sont “des comédies noires qui fixent sans ciller le caractère lugubre et la violence des derniers jours du communisme et de la société post-soviétique.”

Pratiquement inconnu en Europe, il avait rencontré le succès populaire en Russie avec les films d’action aux accents nationalistes Brat et Brat 2. Des cercueils avec des soldats soviétiques tués en Afghanistan, la vodka qui coule à flots, un policier qui torture ses détenus : Cargo 200 avait choqué par sa violence, et n’avait pas trouvé de télévision pour le diffuser.

Après le film, Echelle Inconnue projettera :

"Oleg artiste ou businessman de Moscou ville foraine" (2014). Un film de Stany Cambot (6mn)

De l’Ukraine à Moscou en passant par la Moldavie et, peut-être, bientôt, la France.

Ce n’est pas, dans le désordre, le parcours qui mena le jeune Makhno de Goulai Polié à la prison moscovite de Boutyrka puis de l’Ukraine à la France en passant par la Moldavie pour échapper aux balles russes et françaises en 1922.

Mais plus simplement le parcours d’un drôle de véhicule forain croisé avec son propriétaire au bord d’un trottoir de la gare de Bieloruskaya.

Nous l’avions croisé en Moldavie déjà, mais c’est d’Ukraine que vient la voiture/café. C’est Oleg qui nous le dit à l’arrière de son véhicule équipé.

PROJECTION / NESTOR MAKHNO, PAYSANS D'UKRAINE / ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA / MERCREDI 04 FEVRIER 2015 À 20H00 à la ferme des Bouillons (MONT SAINT AIGNAN)

Hélène Chatelain (1995) 58mn

Lire la suite

ECHELLE INCONNUE FAIT SON CINÉMA À LA FERME DES BOUILLONS / TOUS LES MERCREDIS DE FEVRIER 2015





Tous les mercredis de février, Echelle Inconnue présentera des films à la Ferme des Bouillons en lui avec leur projet en cours : Makhnovtchina.

Chaque soirée sera aussi l'occasion de diffuser les films du groupe et de discuter sur ses travaux, recherches (...) en Haute-Normandie comme en Russie ou en Moldvie.

Vous trouverez la programmation complète sur le site de la La Ferme des Bouillons.


mercredi 4 février 2015 à 20h00

Nestor Makhno, Paysans d’Ukraine d'Hélène Chatelain (1995) 58mn
suivi de Babouchka / Brichkas, de Stany Cambot (2014) 8mn
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan


mercredi 11 février 2015 à 19h30

CARGO-200 (ou GRUZ-200 en russe) de Balabanov (1984) 96mn
suivi de Oleg artiste ou businessman de Moscou ville foraine (2014) 6mn
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan


mercredi 18 février 2015 à 19h30

Séance “Groupes Medvekine” 1968-1973
suivi de Ici, les ouvriers Ouzbecks ne nomadisent pas en yourte (2014) 6min
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan


mercredi 25 février 2015 à 19h30

J’ai huit ans d'Y. Le Masson, O. Baïdar-Poliakoff et R. Vautier (1961) 8mn
suivi de Une Ville détruite par des hommes en uniforme (2013) 19mn
lire la suite ici
lieu : La Ferme des Bouillons, Chemin des Bouillons / Mont-Saint-Aignan



Plus d'informations sur Echelle Inconnue en cliquant ici et sur le projet Makhnovtchinaici

Pour recevoir les informations en flux ou interagir avec nous sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFÉRENCE - CINÉCLUB / JEUDI 29 JANVIER 2015 / 18H30 / "LE CINÉ-TRAN DE MEDVEDKINE OU LE MIROIR MAGIQUE"

Projection et commentaire de film "Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique" par Massimo Olivero, doctorant sur le cinéma russe.
Dans le cadre du cycle "...Et nos pères" du Doctorat Sauvage en Architecture

Dans cette intervention, nous allons analyser certains des films réalisés par Medvedkine et son équipe de travail dans le projet du « Ciné-train » au début des années 30, pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique. L’objectif du projet était de filmer la « réalité soviétique » puis de la montrer immédiatement au peuple. Les courts-métrages donnaient un point de vue critique sur les réalités contextualisées et, par ce moyen, souhaitaient intervenir directement sur la communauté, en particulier sur sa productivité. En effet, la fonction première recherchée dans la réalisation de ces films était de générer un débat, une critique idéalement constructive et dialectique sur les conditions de vie de la communauté. Souvent, ces films furent générateurs et déclencheurs de tensions, latentes, entre les membres qui débattaient des problèmes soulevés par les films après leur projection et surtout tentaient d’y trouver une solution « rapide ». Ce travail collectif fut riche d’une véritable collaboration et participation active des habitants, dans les rôles d’acteurs, de spectateurs et d’interprètes. Emma Widdis fait allusion à un effet de « miroir magique » que produisait le ciné-train dans sa tentative de représenter fidèlement la réalité, puis de la changer et de transformer la communauté en citoyens soviétiques.

Contemporain d’une société qui privilégia l’exaltation des résultats obtenus et minimisa les échecs, le choix par Medvedkine de montrer en images les problèmes, dans une tentative assumée de les résoudre, fut une prise de risque. Ce rôle actif du cinéma et sa possible incidence sur la société, idéalement accepté mais en réalité craint par le système, furent l’épée de Damoclès du projet et la raison fondamentale de sa fin.

Dans notre analyse des films qui restent encore disponibles (la plupart ayant disparu), nous observerons comment Medvedkine a tracé la structure du cinéma militant, pensé comme un instrument capable d’intervenir concrètement dans la société afin de créer un nouveau type de communauté.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 29 janvier 2015

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05


propulsé par DotClear