Actualité Échelle Inconnue

CONFERENCE « L’HABITAT TEMPORAIRE : DE LA PRECARITE DESIREE A LA PRECARITE IMPOSEE » / OLIVIER SIROST / JEUDI 07 JUIN 2012 / 18H30 / ROUEN

CONFERENCE « L’habitat temporaire : de la précarité désirée à la précarité imposée »

par Olivier Sirost, professeur d'Université en STAPS à Rouen

jeudi 07 juin 2012 à 18h30

18 rue Sainte Croix des Pelletiers 76000 ROUEN

«... Le camping examiné sous l’angle particulier de l’habitat est ramené tantôt à des considérations historiques qui marquent la vie du nomade sous la tente, tantôt à des observations d’actualité faisant de l’hôtellerie de plein air un substitut de résidence secondaire. Entre ces perspectives qui considèrent le camping à la fois comme constante anthropologique de l’homme et comme une forme de vacances à la mode, se déploie un éventail d’usages et de manières d’habiter. Sur un même terrain classé se mêlent toiles de tentes – canadienne, carrée, igloo -, tonnelles, caravanes de plusieurs générations, vans, camping-cars, bungalows entoilés, mobilhomes, chalets, abris de jardin, voire appartements. Selon les lieux, ce savant mélange sépare les formes ou les relie, en supprimant certaines, en impose une seule et unique. Joyeuse anarchie, ordonnancement stict des emplacements par catégories, ou isolement lié à la propriété, tout est possible en camping. Chaque coin possède sa propre coloration, son authentique atmosphère et son paysage bricolé. Cela est d’autant plus vrai que les campeurs s’évertuent à emboîter, à agencer, à juxtaposer ces manières d’habiter, ces sensibilités, comme un jeu de Lego perpétuellement recommencé. Chaque pouce de surface habitable est minutieusement examiné et utilisé. A la « science du terrain » qui caractérise le savoir-faire du campeur se superpose un art de la mosaïque définissant un esprit des lieux. Ainsi, on trouve sur les terrains classés tout autant un camping-car vide de toutes extension caractéristique du nomade qu’une caravane avec auvent en toile et tonnelle entourée de tentes igloos, signe affiché de la cellule familiale. Chaque emplacement révèle un style caractéristique, une manière de vivre. Sans doute nulle part ailleurs qu’au camping cette transition entre la sphère intime et la sphère publique de l’habitat n’est autant affichée. ...»

Echelle Inconnue a initié depuis 2010 un cycle de conférences sur la « ville mobile » et l’habitat léger dans le cadre du projet Makhnovtchina. Ce cycle est pensé dans une volonté d’apporter une approche pluridisciplinaire aux questions posées par des formes de vies mobiles. En apportant des apports juridiques, géographiques, socio-historiques, philosophiques et économiques, cela nous permet de toujours avancer sur ce projet en mettant en avant des paradoxes sociétaux. Entre une mobilité qui se veut être le modèle d’une société mondialisée et une autre qui gêne, celle des personnes ségréguées et exclues, se posent de nombreuses questions par les chercheurs invités. Nous mêlons à ces apports des témoignages et récits d’expériences, ceux de militants et acteurs à qui ces problématiques se posent quotidiennement.

Personnalités invitées à ce cycle à ce jour (par ordre chronologique) : Stany Cambot / Arnaud Le-marchand / Clément David / Marion Jenkinson / Michel Maffesoli / Denis Retaillé.

Hier à Rouen, la révolution // 23 février 2012 // Conférence de Y.Marrec: "La Révolution rouennaise de 1848 et sa portée dans l'univers social". // 19h

« En avril 1848, deux mois avant Paris, Rouen se couvre de barricades. La répression qui s'ensuit préfigure celles des journées de juin dans la capitale. Cette confrontation sanglante traduit l'acuité des oppositions sociales dans la métropole normande qui en gardera longtemps le souvenir douloureux. En même temps différentes stratégies de contrôle et de rapprochement entre les classes sociales sont mises en oeuvre avec des succès variables.»

Lire la suite

Assemblée contre LOPPSI-2. mecredi 5/01/11

"Assemblée contre LOPPSI-2. En même temps que nous prenons l'initiative d'occuper un immeuble abandonné pour nous organiser politiquement et nous loger, la loi LOPPSI-2 est sur le point d'entrer en application.

Étant entre autres directement concernés par le volet anti-squat de cette loi, sans doute nous incombe-t-il de prendre l'initiative de la contre offensive à Rouen. Au delà de l'amendement anti-squat, c'est contre la loi dans son ensemble que nous entendons nous organiser : contrôle systématique d'internet, légalisation de la délation rémunérée, extension de la vidéo-surveillance et de l'utilisation des enregistrements , sanctions pour les mairies qui ne s'en équiperont pas, etc.

A ce titre, il nous a paru indispensable de faire appel à toutes les forces organisées et à tous les volontaires pour mettre en ?uvre une réponse efficace et commencer à trouver des solutions pour lui échapper le plus possible. Il serait en effet absurde de constater que cette loi criminalise potentiellement toutes les activités politiques qui s'inscrivent en opposition à l'ordre dominant tout en menant séparément des campagnes avec nos réseaux respectifs.

Nous appelons donc à une première réunion de mise au point le Mercredi 5 Janvier dans l'immeuble occupé du 30 rue du Lieu de Santé à 19h en espérant qu'elle aboutisse à la création d'un collectif anti-LOPPSI dont nous définirons ensemble les bases d'action.

Les haitants du 30.

VILLE / MOBILE /

dans le cadre du cycle d'exposition et de conférence "ville mobile"

conférence d'Arnaud Lemarchand « Les nouveaux nomadismes du libéralisme » Arnaud LE MARCHAND / maître de conférence en économie à l’université du Havre jeudi 21/octobre/2010/ 18h30

à la librairie POLIS (des livres / la ville) 21 rue Percière 76000 ROUEN

et toujours :

Possibilité d’une ville détruite par des hommes en uniforme. (Film 45’) vie et mort d'un bidon ville rom à Villeurbanne par ses habitants aux-mêmes VIDEO / INSTALLATION visible du mardi au samedi de 14h à 19h

dans l'espace d’Echelle Inconnue du 14 octobre au 13 novembre 2010 18 rue Sainte Croix des Pelletiers 76000 ROUEN

à suivre :

jeudi / 28 octobre 2010 / 18h30 « L’imprescriptible droit à choisir son mode de vie » Clément DAVID / Coordinateur de l’association HALEM

jeudi / 4 novembre 2010 / 18h30 « Les paradoxes du droit : mobilité interdite ou mobilité forcée » Marion JENKINSON

LIEUX POSSIBLES

MICROS URBANISMES TEMPORAIRES?

ville créative et développement désirable?

Ateliers / Recherches / Expérimentations 03 au 10 juillet 2009 à Bordeaux

Lire la suite


propulsé par DotClear