Actualité Échelle Inconnue

AGENDA DU 13 Avril au 16 Mai 2014


dimanche 13 avril 2014 à 16h00

Projection du Film "Ville Détruite par des Hommes en Uniforme"
Rencontre avec le réalisateur Stany Cambot / dans le cadre du Festival à l'Est du Nouveau
lire la suite ici
lieu : au Cinéma Omnia République / Rouen


mercredi 16 avril / toute la journée

Workshop "Makhnovtchina"
intervention de Stany Cambot
lieu : à l'Ecole d'Architecture de la Villette / Paris


Jeudi 17 avril 2014 à 12h00

Table Ronde "L'habitat léger et mobile dans la ville"
intervenants : Echelle Inconnue / Anne Philippe / dans le cadre du Festival à l'Est du Nouveau
Réservé aux étudiants de l'ENSAN
lire la suite ici
lieu : Ecole National d'Architecture de Normandie / Amphi 1 / Darnétal


vendredi 18 avril 2014 à 18h00

Conférence "La place de la culture à l'ère du numérique"
Conférence organisée par des étudiants "Métiers de la Culture" de l'Université de Rouen
lire la suite ici
lieu : Echelle Inconnue / Rouen


jeudi 24 avril à 18h30

Conférence de Max Rousseau
Dans le cadre du Doctorat Sauvage en Architecture
lire la suite ici
lieu : à Echelle Inconnue / Rouen


samedi 03 mai 2014 de 14h00 à 17h00

Randonnée urbaine #03 : Relire la ville comme un train fantôme
lire la suite ici
lieu : départ : dans les locaux d'Echelle inconnue, 18 rue sainte croix des pelletiers à Rouen


vendredi 16 mai à 18h30

Représentations de Rouen
dans le cadre de l'Univers Cité organisé par la Page Blanche
lire la suite ici
lieu : à la Page Blanche, 2bis rue des Chanoines / Rouen



Echelle Inconnue recherche un(e) stagiaire assistant(e) de production
lire la suite ici


Tout l'agenda du doctorat sauvage en architecture en cliquant ici

Le film Rosa Luxe et la Manouches est en cours de tournage, plus d'infos ici

Pour recevoir les informations en flux ou interagir avec nous sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFERENCE / 18 AVRIL 2014 / 18h00 / "LA PLACE DE LA CULTURE à L'ERE DU NUMERIQUE"

Depuis maintenant une dizaine d’années, les acteurs des industries culturelles constatant l'enjeu du marché numérique, se sont mis à proposer des œuvres payantes ou par abonnements. Ces offres, moins chères que dans le commerce ont du mal à concurrencer l’offre illégale présente sur internet. Internet provoque donc un manque à gagner pour de nombreux artistes. Paradoxalement, certains artistes utilisent internet pour se faire connaître et en tirent profit.

On pourra s’interroger sur les changements apparus dans les relations entre professionnels et artistes ou artistes et public ainsi que sur le bouleversement de la hiérarchie dans la diffusion des œuvres culturelles. Les questions du téléchargement ou de la création via le numérique pourront ouvrir le débat.

Pour tenter d'aborder tous les tenants et aboutissants du débat qui anime les professionnels et législateurs concernant la place des produits culturels sur internet, plus généralement celle de la culture dans le monde du numérique, nous voudrions organiser une conférence réunissant des acteurs de points de vue différents afin d'évoquer ce large sujet.

Seront présents :

- Élizabeth Ladrat, Conseillère pour l'éducation artistique et l'action culturelle à la DRAC Haute-Normandie

- Sam Beaver , musicien

D'autres intervenants vous seront dévoilés dans la semaine.

Informations pratiques :

Date et horaire : Vendredi 18 Avril à 18h00

Lieu : Echelle Inconnue - 18 rue Sainte Croix des Pelletiers - 76000 ROUEN

Téléphone : 02 35 70 40 05

Cette conférence est organisée par les étudiants du département Métiers de la Culture de l'Université de Rouen.

17 AVRIL 2014 à MIDI / TABLE RONDE "L'HABITAT LEGER, MOBILE DANS LA VILLE" / ECOLE D'ARCHITECTURE DE NORMANDIE / DARNETAL



En présence d’Anne Philippe (professeure à l'ENSAN "architecture et cinéma"), Stany Cambot (architecte et réalisateur à Echelle Inconnue) et Christophe Hubert (Géographe à Echelle Inconnue).

Nous allons explorer la ville/mobile en France et à l'Est pendant 1h30 à travers l'intervention d'Echelle Inconnue, groupe de recherche et de création transdisciplinaire à la croisée de l'art, l'architecture, le cinéma et le numérique travaillant avec la population mobile. Une discussion aura lieu avec les étudiants.

Cette table ronde est réservé aux étudiant l'ENSAN.

Informations pratiques :

Ecole National Supérieur d'Architecture de Normandie / Darnétal (76)

Date et Horaire : jeudi 17 avril 2014 / 12h00

Téléphone : 02 35 70 40 05

Table ronde organisée dans le cadre du festival à l'Est du Nouveau.

16 MAI 2014 / INTERVENTION D'ECHELLE INCONNUE à L'UNIVERS CITE : "REPRESENTATIONS DE ROUEN" / LA PAGE BLANCHE / ROUEN

Quand le Doctorat Sauvage rencontre l'Univers Cité!

Lire la suite

Offre de stage assistant(e) de production

Intitulé du poste : stage d’assistant de production

Secteur : art / archi / urbain / politique – polis / numérique / économie sociale et solidaire

Description de l'organisme :

Depuis 1998, Echelle Inconnue met en place des travaux et expériences artistiques autour de la ville et du territoire. Ces expériences au long cours interrogent et associent les « exclus du plan » (sans-abris, Tziganes, immigrés...). Elles donnent lieu à des interventions dans l’espace public, expositions, sites Internet, vidéos, affiches, cartes, publications… Ce dont il est ici question, c’est de « l’invisible de nos villes ». Identifié par le philosophe Paul Ardenne comme représentatif de « l’art contextuel », le travail d’Echelle Inconnue se trouve aussi parfois qualifié d’ « artiviste » ou de « relationnel » selon les auteurs. Supportant difficilement les étiquettes, Echelle Inconnue tente d’assumer, du moins en partie, l’énonciation théorique de son travail en participant ou en organisant des conférences, des colloques avec des universitaires ou d’autres groupes, au croisement des questions de l’art, de la politique, de l’architecture et de la ville, ainsi qu’en collaborant à différentes revues et publications.

Description du poste :

En collaboration avec la chargée de projets et le chargé de production, vous assistez l'équipe dans :

- Montage des dossiers de demande de subvention en lien avec l'administrateur

- coordination de projet (projet Makhnovtchina : www.echelleinconnue.net/makhnovtchina)

- Préparation d'une demande de subvention européenne

- Rédaction de supports de communications

- Tâches administratives courantes

Profil recherché :

- Licence ou Master en Direction de projets culturel, etc.

- Fort intérêt pour l’architecture/la ville et la culture en général

- Maîtrise de l'outil informatique (voire même de logiciels de traitement d’image et/ou de mise en page)

- Être disponible et impliqué(e)

- Être rigoureux(se) et polyvalent(e)

- Aisance relationnelle

Date de prise de fonction : 02 mai 2014

Date limite de candidature : 15 avril 2014

Durée du stage : 2 mois

Envoyer un CV et une lettre de motivation à : christophe@echelleinconnue.net

ECHELLE INCONNUE

18 rue Sainte Croix des Pelletiers

76000 ROUEN

tel/fax : 02 35 70 40 05

PROJECTION DU FILM "UNE VILLE DETRUITE PAR DES HOMMES EN UNIFORME" / FESTIVAL A L'EST DU NOUVEAU / Cinéma Omnia République / ROUEN

Dimanche 13 avril 2013 à 16h00 au Cinéma Omnia à Rouen Rencontre avec Stany Cambot, réalisateur du film.

Lire la suite

HACKERSPACE JEANNEDHACK / HACK PARTY : CTF / WEEK END DU 11 - 12 - 13 AVRIL 2014 / + RENCONTRES HEBDOMADAIRES TOUS LES LUNDIS / ROUEN



Ce laboratoire/atelier permet de se rencontrer pour échanger autour des pratiques numériques, de lancer des projets, de s’initier à la culture du libre, de bidouiller des machines, de se former à la programmation (Python), de comprendre le monde qui nous entoure et de se l’approprier…

Les membres du hackerspace Jeannedhack se rencontrent tous les lundis de 18h30 à 23h.

Photo : exemple d'un projet en cours : "Le robot explorateur V2".

Événement spécial : Hack Party : CTF (international) : à la recherche du drapeau perdu dans les affres du réseau

informations pratiques : Week-end du 11 (Workshop à 19h00 / CTF à partir de 23h00), 12 et 13 avril 2014 dans les locaux d'Echelle Inconnue - 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / Rouen

CONFERENCE + VERNISSAGE EXPO / 12 JUIN 2014 / 18h30 / "LE VIDE" / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Titre de la conférence : La Nature et le Vide

Résumé : La notion de vide en Physique et en Philosophie n'a cessé de questionner et de troubler les savants depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Outre les éventuelles propriétés que l'on peut lui attribuer, c'est avant tout la définition de ce que l'on appelle "Vide" qui est le plus souvent problématique. Suivant les époques et les domaines scientifiques considérés, le concept de Vide s'est manifesté sous de très différents visages. Ayant successivement été appréhendé comme une absence de matière par la Thermodynamique, comme une absence de source de champ en électromagnétisme et en gravitation, il est aujourd'hui regardé comme une source éventuelle d'énergie en mécanique quantique (Effet Casimir). Ces différentes conceptions, bien que parfois contradictoires, se justifient pour la plupart et ne prennent réellement du sens qu'à travers le regard de la théorie qui les étudie. Sans parler de la vision de la philosophie, pour laquelle la définition et les propriétés du Vide varie significativement d'un auteur à l'autre, et ce justement à des époques où Philosophie et Science ne faisaient qu'un. Cette discussion s'articulera donc naturellement autour d'une reconstruction historique de la physique, là ou la notion de Vide montre toute son ambiguïté.

Cette conférence sera suivie du vernissage de l'exposition d'affiches-cartes sur "les vides de Paris", repérage en vue de la création d'un foyer nomade pour des Sans-Abris. Exposition : en partenariat avec le PEROU (Pôle d'exploration des Ressources Urbaines) et les Enfants du Canal.

Informations pratiques :

Lieu : Echelle Inconnue / 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN

Tel : 02 35 70 40 05

Date et Heure : Jeudi 12 Juin 2014 / 18h30 (conférence + vernissage)

Exposition : du 12 juin au 11 juillet 2014 (Jeudi / Vendredi / Samedi de 14h à 18h)

ATELIER DE CARTOGRAPHIE ET RANDONNEES URBAINES / Relire la ville comme un train fantôme / ROUEN / 03 MAI - 07 JUIN

Echelle Inconnue organise des randonnées urbaines en petits groupes sur le thème de l'angoisse :



Une ville hantée, un parcours de l'angoisse... Venez confier vos craintes et dépasser cette vision d'une rue, d'une place, d'un parc... Pourquoi avons-nous peur ici et pas là ? Comment la ville influence notre état d'esprit ? Serait-elle toujours ville sans ces espaces ?

QUE VA-T-IL SE PASSER?

Lire la suite

CONFERENCE / 20 MARS 2014 / 18h30 / "JEROME CHARYN ET NEW YORK" / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE - RELIRE LA VILLE COMME UN TRAIN FANTOME / LIBRAIRIE POLIS



Pour prolonger la réflexion sur la ville et l’angoisse (projet Relire la ville comme un train fantôme d’Échelle Inconnue) et dans le cadre du doctorat sauvage en architecture.

Conférence à la librairie Polis par Patrick Grée

Titre : Jérôme Charyn et New-York

Résumé : Le Juif New-Yorkais auteur de polars, dont la saga d’Isaac Sidel, baroques et déjantés, triturant le verbe et dévoilant les dessous carnavalesque et meonstrueux de sa cité chérie. A ce point connaisseur de la pomme qu’il croqua dès sa naissance (Le Bronx 1937) qu’il la portraitu(e)ra plus doctement dans quelques ouvrages de haute graisse dont un « Découvertes » pour Gallimard.

Partenariat : Polis, qui a de la suite dans ses idées, propose un large choix de romans noirs où la ville pèse de toutes ses angoisses, et offre pour l’achat de deux titres de la collection « Rivages / noir » une nouvelle inédite d’Emily Saint John Mandel, la petite chérie noire polissonne du moment.

Informations pratiques : Lieu : Librairie Polis / 21 rue Percière / 76000 ROUEN Date et horaire : Jeudi 20 Mars 2014 à 18h30

Echelle Inconnue sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFERENCE PARTICULIERE / 12 MARS 2014 / 18h30 / "PETITE INTRODUCTION à LA PSYCHANAYSE URBAINE DU MONDE ENTIER (ET ROUEN DANS TOUT çA ?)" / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

Fondée à Vierzon en 2008, l'A.N.P.U. (l'Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine) s'est vue confier la délicate mission de psychanalyser le monde entier au travers d'un plan bi-quinquennal qui devrait voir son aboutissement le 24 décembre 2017 à 23 h 00, à New-York devant le siège de l'ONU.

Étape incontournable de cet objectif pour le moins ambitieux, la ville de Rouen constitue en soi une véritable énigme. Nous vous proposons de nous aider à la dénouer au travers d'exercices pratiques fort ludiques qui seront mis en place dans le cadre de ce doctorat.

La présentation de nos travaux se fera préalablement sous la forme d'une conférence désopilante, entrecoupée de commentaires saisissants et d'images à couper le souffle, vous aurez peine à y croire….

De et par : Laurent Petit/project designer, metteur en scène et metteur en images : Charles Altorffer alias Urbain l'enchanteur/agent de liaison : Fabienne Quéméneur/Une coproduction l'anpu.fr, le NOm du Titre, la maison Folie de Lille-Wazemmes, le PoLau et le collectif Exyzt

Informations pratiques :

La conférence aura lieu au 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 ROUEN - 02 35 70 40 05 / mail : christophe@echelleinconnue.net

Echelle Inconnue sur twitter : @EchelleInconnue

SOIRÉE DE LANCEMENT DU JOURNAL À TITRE PROVISOIRE #04 : "MAKHNOVTCHINA" / JEUDI 16 MAI 2013 / 18H30 /

Nous vous invitons à une soirée spéciale pour le lancement du journal qui sera disponible gratuitement à Echelle Inconnue.

Lire la suite

DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

CONFERENCE / ARNAUD LEMARCHAND / 01 AVRIL 2013 / 18h30 / à ECHELLE INCONNUE / ROUEN

titre : L'EMERGENCE DU MONDE NUMERIQUE PAR LA FOIRE

La foire a été un des incubateurs des jeux automatiques et du cinéma qui ont amené la musique électronique, les jeux vidéos, et a participer à l'émergence du monde numérique. Atari utilisera le réseau des foires pour diffuser le premier jeu vidéo : pong, dés les années 70. Les liens historiques entre l'économie itinérante et ces innovations sont à reconsidérer. Mais d'autres rapprochements sont possibles dans la période contemporaine : dès 1998, Eric Raymond a utilisé le concept de "bazar" pour décrire le développement du logiciel libre, or à cette époque les rares chercheurs qui étudient le retour des formes d'économie nomade, notamment Péraldi et Tarrius, utilisent aussi ce concept d'économie de bazar qui est, dans leurs analyses, une forme de foire continue, journalière, dans les interstices des firmes et des Etats. L'exposé portera sur l'histoire de ces formes et sur les éclairages qu'ils peuvent apporter aux évolutions en cours.

CONFERENCE - DIFFUSION SONORE & VIDEOS / JULIETTE VOLCLER // JEUDI 14 FEVRIER à 18h30 // titre : "La gestion des déplacements et des présences dans l'espace urbain par le son" et retransmission en live!

RETRANSMISSION EN DIRECT SUR LA WEBTV D’ÉCHELLE INCONNUE (activée à 18h30) : cliquez ici Pendant la retransmission, vous pourrez poser vos questions à Juliette Volcler sur twitter avec le hashtag : #EITV

Avant goût : "« Lalafalloujah », tel est le surnom donné par les GI’s à la ville irakienne de Falloujah en 2004, alors qu’ils bombardaient ses rues de hard rock à plein volume. « C’était comme envoyer un fumigène », dira un porte-parole de l’armée états-unienne. Les années 2000 ont en effet vu se développer un usage répressif du son, symptomatique de la porosité entre l’industrie militaire et celle du divertissement, sur les champs de bataille et bien au-delà. Rap, metal et même chansons pour enfants deviennent des instruments de torture contre des terroristes présumés. Des alarmes directionnelles servent de technologies « non létales » de contrôle des foules dans la bande de Gaza comme lors des contre-sommets du G20, à Toronto et à Pittsburgh. Des répulsifs sonores éloignent des centres-villes et des zones marchandes les indésirables, adolescents ou clochards.

L’enrôlement du son dans la guerre et le maintien de l’ordre s’appuie sur plus d’un demi-siècle de recherches militaires et scientifiques. La généalogie des armes acoustiques, proposée ici pour la première fois en français, est tout autant celle des échecs, des fantasmes et des projets avortés, que celle des dispositifs bien réels qui en ont émergé. Aujourd’hui, l’espace sonore est sommé de se plier à la raison sécuritaire et commerciale. Souvent relégué au second plan au cours du xxe siècle, celui de l’image, il est devenu l’un des terrains d’expérimentation privilégiés de nouvelles formes de domination et d’exclusion. Et appelle donc de nouvelles résistances."

Extrait du livre "Le son comme arme, les usages policiers et militaires du son"

APPEL à SOUSCRIPTION POUR LE PROJET MKN VAN

CONFERENCE / ODETTE LOUISET // JEUDI 31 JANVIER à 18h30 // titre : Catastrophisme, angélisme, militantisme ou fausse neutralité ? Le bidonville « objet » de recherche...

« Pratiquement contemporain de la désignation de « tiers monde », le bidonville émerge comme une catégorie majeure d'analyse des dynamiques urbaines dans des régions décrites comme « en retard » et moins urbanisées. Les critères de définition du bidonville sont essentiellement fondés sur le statut foncier et sur le type de construction bien que la diversité des situations soit soulignée en même temps que le caractère générique de quartier. Les descriptions fouillées et statistiques qui prévalent dans le tableau de cette urbanisation « sauvage » ou « spontanée » inscrivent les travaux de recherche dans une volonté d'objectivation du phénomène. L'approche est majoritairement surplombante et normative, mobilisant souvent des références à l'épisode européen de forte croissance urbaine du 19ème siècle. Dans le même temps, le bidonville est implicitement présenté comme une négation de ville, comme un quartier dont la suppression s'impose comme une évidence. Jugement de valeur aisément décelable dans cette science positive, à associer à la norme urbanistique et urbaine directement issue des codes d'urbanisme des grandes institutions internationales, c'est-à-dire d'Europe. A tel point que l'application de cette norme identifie la grande majorité des habitats produits dans les villes du Tiers monde comme appartenant à la catégorie « informelle ». La posture de recherche témoigne alors à la fois du catastrophisme par excès de zèle normatif et d’une illusion angélique que les bons plans d'aménagement fourniront une solution au problème.

Comment donc échapper, d'une part à l'illusion positiviste pour faire entrer la société dans la compréhension du phénomène autrement que par cette extériorité? Une hypothèse le permet : le bidonville est produit par le fonctionnement d'ensemble de la société dans une configuration spatiale appelée ville (les mêmes constructions en zone rurale ne sont ni désignées comme bidonvilles, ni stigmatisées). Ce n'est donc pas la forme « ville » qui est productrice du bidonville mais la projection normative des observateurs sur une production sociale jugée plus que comprise. La conséquence de cette hypothèse pose le bidonville comme un habitat urbain « normal », un quartier de la ville. L'objet et ses habitants sont même courtisés par de nombreux acteurs (associations, ONG, partis politiques, services municipaux...) qui tous ont besoin du bidonville et de ses habitants.

Restituer cette position, c'est proposer une expertise scientifique militante juste à l'amont de l'implication et de l'action. Cette expertise consiste à rester sur le terrain scientifique en dénonçant les illusions du choix épistémologique en surplomb et la croyance dans l'objectivation par le nombre et les catégories...Mais cette expertise consiste aussi à proposer la reformulation du problème « bidonville » avec pour option militante le choix de placer les faits sociaux, culturels et politiques au centre, y compris en prenant les valeurs exprimées comme des faits. C'est là que s'arrête la contribution scientifique juste avant l'implication voire l'action. Chez les experts positivistes, l'implication va jusqu'à la la formulation de recommandations, jusqu'à la contribution directe aux programmes.

Du point de vue de la discipline scientifique, pousser à la révision épistémologique est déjà un acte militant, contribuant à réviser l'espace de représentation qui est le véritable objet en jeu. »


propulsé par DotClear