Actualité Échelle Inconnue

25/01/2018 : Projection d'un film de Nicola Mai "Migration et travail sexuel" / Doctorat Sauvage En Architecture



Pour clôturer le cycle "Le sexe et la ville" nous proposons une soirée de projection en camion-cinéma des films de Nicola Mai, ethnologue et réalisateur, Professeur de Sociologie et Études Migratoires à l’Université Metropolitaine de Londres.

"À travers des ethno-fictions expérimentales et des résultats de recherches inédites, Nicola Mai met en cause les politiques qui lisent forcément la migration liée au travail sexuel en termes de traite et vulnérabilité, tout en portant l’accent sur la complexité ambivalente des dynamiques d’exploitation et d’auto-affirmation qui sont en jeu."

Soirée dans le cadre du cycle "Sexe et Ville".

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : Dévoilé ultérieurement !
Date et heure : JEUDI 25 janvier à 19h

14/12/2017 : "Géographies du travail sexuel", rencontre avec le Syndicat du Travail du Sexe / Doctorat Sauvages En Architecture



Entre limitation, exclusion, dissimulation, les territoires du travail du sexe et de celles-ceux qui l’exercent sont l’objet de toutes les discriminations.

Derrière l’effacement systématique des travailleuses-eurs du sexe des espaces publics et médiatiques se dressent de longue date un arsenal législatif spécifique ainsi qu’une volonté de contrôle et d’exclusion des minorités.

Cette rencontre sera l’occasion de dresser une cartographie des enjeux, stratégies et revendications des luttes des travailleuses-eurs du sexe.

Rencontre dans le cadre du cycle "Sexe et Ville", avec Anaïs et Marianne Chargois, travailleuses du sexe militantes au STRASS, Syndicat du Travail Sexuel (Paris)


INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire
Date et heure : JEUDI 14 décembre 2017 à 19h

30/11/2017 : Conférence "Ménage dans le paysage. Le déplacement durable de la drague sexuelle entre hommes" / Doctorat Sauvage En Architecture



Coïncidence

Lieux de drague sexuelle entre hommes dans l’histoire longue de l’espace public ET zonage environnemental pour préserver un patrimoine « naturel » au-dessus de tout soupçon.

Relation

Forme notoire de sexualité secrète comme extension nocturne en ville jusqu’aux confins de rase campagne ET ménage dans le paysage par une volonté (publique) de ne pas savoir.

Énigme

Déplacement durable des territoires sexuels comme autant de jardins archaïques pour demain ET désir irréductible des indésirables dans le (nouvel) ordre riverain et écologique.

Là où l’aménageur et le pouvoir public voient trouble, « nuisance » morale et spatiale, le plus souvent diffuse et indicible, que disent les coutumiers des lieux et de leur devenir ?
À partir du matériau de nombreuses enquêtes ethnographiques et du projet cross media Les chemins égarés (Bec en l’Air, 2017), on voudrait laisser voir et entendre une part de l’expérience intime et collective des lieux de drague et de leurs habitants secrets en leur donnant, une fois n’est pas coutume, la parole.

Conférence dans le cadre du cycle "Sexe et Ville" proposée par Laurent Gaissad, socioanthropologue et enseignant à l’ENSA Paris Val de Seine et Amélie Landry, photographe, Agence Vu’, Paris.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire
Date et heure : JEUDI 30 novembre 2017 à 19h

Octobre 2017 à janvier 2018 : Cycle "Sexe et Ville" / Doctorat Sauvage



Le Dragon point et ressurgit. Dans ces ensembles urbains ne produisant aucune richesse et dans lesquels le commerce du care est en pleine expansion le travail sexuel mute, se développe, tout à la fois chassé et géré par les autorités (pour preuve la gestion des migrations de la prostitution lors des récentes coupes du monde de football versus le développement de celle-ci en périphérie et de manière nomade dans des camping-cars). D’autres chantiers urbains, invoquant la reconquête de territoires délaissés, chassent quant à eux des lieux de rencontres, de drague ou de pratiques sexuelles marginales. Enfin, aux villes que l’architecte Castro prétendait vouloir féminiser répond semble-t-il une gestion genrée de l’espace.

À la répression de l’expression du sexe dans la ville ne semble répondre que la lecture caritative et victimaire.

D'octobre 2017 à janvier 2018, le cycle Sexe et Ville propose quatre soirées pour comprendre, au-delà de ces deux lectures, en quoi cette question structure l’espace de nos villes :

- 23/10/2017 : Réécrire l'histoire de la gynécologie et découvrir sa pratique DIY, avec Klau Kinky du groupe Gynepunk (soirée du DSEN à lire ICI).

- 30/11/2017 : Questionner l'avenir que les faiseurs de ville désirent faire des lieux de drague, avec Laurent Gaissad, socio-antropologue et Amélie Landry, photographe (en savoir plus ICI).

- 14/12/2017 : Comprendre les luttes des travailleuses-eurs du sexe avec Anaïs et Marianne Chargois du Syndicat du travail sexuel (plus d'informations ICI).

- 25/01/2018 : Problématiser l'humanitarisme sexuel afin de proposer d'autres lectures de la migration liée au travail du sexe, avec la projection d'un film de Nicola Mai, ethnologue et réalisateur (à découvrir ICI).


propulsé par DotClear