Actualité Échelle Inconnue

31/01/2019 : "Villes nomades. Histoires clandestines de la modernité"



Une double injonction est aujourd'hui faite aux villes et aux individus : les premières doivent devenir métropoles et les seconds mobiles.

Une mobilité de cadre métropolitain avec ses oripeaux (téléphones, ordinateurs, etc.) se déplaçant de "cité état" en "cité état" en avion ou train à grande vitesse. Les agents de la fabrique de la ville raccrochent alors le train, architectes en têtes, de peur de rater ce tournant comme ils ratèrent celui du développement pavillonnaire. On se pique désormais de mobile, de léger, de « logement une personne » ou de design de bidonville dans l'espoir qu'un marché émerge. Rien de subversif, mais l’aboutissement d'un programme économique et urbain qui se dessine dès le milieu du XIXe siècle dont le nouveau masque s'appelle métropole. Cependant et sans eux, depuis le nouveau millénaire, des tentes partout : des rassemblements militants ayant quitter la rue pour porter le coup là où, désormais, le pouvoir a Lieu, aux tristes révolutions oranges, en passant par les tentes contestataires ou nécessaires des sans-abris. Ainsi, au programme de métropolisation du monde, répond une mobilité par lui souhaitée.

Des camions, des caravanes, des containers aussi, abris ou logement de la renaissance d'un prolétariat nomade disparu dans les années 20. Des cabanes reconstituant, aux abords des métropoles rêvées, les bidonvilles que l'on croyait disparus.

La fabrique même de la métropole génère ainsi une toute autre mobilité. On le voit ici comme à Moscou avec ces brigades d'ouvriers (pour utiliser la dénomination russe) venant de l'autre bout du pays ou du continent que l'on trouve en hôtel low cost, en camping, en caravane ou camion au pied du chantier, en lisière de métropole, au bord de la tache verte de la carte. C'est là, que ces mobilités de constructeurs croisent les espaces d'une autre mobilité, celle de la fuite. Celle de ceux que le programme urbain expulse que l'on retrouvent en camping, camion, campement, containers ou celle de ceux qui fuient la métropole l'entendant comme la construction d'un espace de contrôle (travellers, certains voyageurs, habitants de yourtes ou de cabane).

Intervention de Stany Cambot dans le cadre de La nuit des idées 2019

Jeudi 31 janvier à 21H00

31/01/2019 : La nuit des idées

Face au présent : La nuit des villes foraines

Lire la suite

06/12/2018 : CRASH METROPOLIS À L'ESAD DE VALENCIENNES


Design critique, biorégion urbaine et renouveau des territoires.
Table ronde "Alternatives sociales et écologiques" où intervient Stany Cambot sur la Ville foraine vs Métropole. Conséquence ou résistance ?
jeudi 6 décembre à l' ESAD : École Supérieure d'Art et de Design
132, Avenue du Faubourg de Cambrai 59300 VALENCIENNES
Voir le programme de la journée d'étude
Entrée libre
Inscription conseillée : carine.mosca@esad-valenciennes.fr

23/02/2019 : Projection du film "Les bases vie de Flamanville à Moscou ou la java de l'infrastructure" au cinéma Le café des images à Hérouville Saint Clair


Plusieurs activités auront lieu :

une projection précédée d'un court-métrage russe
un atelier, un format d'interventions courtes
un apéro dînatoire russe
une projection avec le camion cinéma.

Synopsis du film "Les bases vie de Flamanville à Moscou ou la java de l'infrastructure" :
Il s'agit d'un documentaire de Stany Cambot commencé il y a deux ans près de l'EPR de Flamanville .
C'est un recueil de témoignages de 11 personnages qui évoquent leurs expériences.
Ce film suit les ouvriers détachés et déplacés vivant dans les campings, bases vie, en gîtes, en camions aménagés, dans des mobiles-homes.
Le but est de construire un projet commun avec les habitants de cette urbanité particulière en prenant comme point de départ l'entretien et la prise de vue.

Infos pratiques :
Entrée aux tarifs de la salle de cinéma
Réservation au Café des images à Hérouville Saint Clair (Calvados) : 02 31 45 34 70

Mars 2019: Cycle Franco-Russe

Réflexions sur la monstruosité dans les pratiques urbaines culturelles post-soviétiques.

Lire la suite

30-31/03/2019 : Rencontres habitat mobile

Rencontres nationales de l'habitat mobile : contrôle technique et bricolage d'un fourgon, est‐ce compatible ?

Lire la suite

12/03/2019 : Moscou, Kazan, Flamanville: trois dragons pour raconter les villes monstres



Depuis 2014, Echelle Inconnue travaille en Russie sur les formes non planifiées de la ville post-soviétique : cités de garages habitées, kiosques commerciaux, fêtes foraines, campements ouvriers. Autant de formes dont le nombre a explosé à la suite de l'effondrement de l’URSS et que la nouvelle Russie et le nouveau Moscou entendent éradiquer. Là-bas peut-être plus qu’ici, la planification se fait au bulldozer. On rase ces anomalies urbaines sans s’occuper de leurs occupants.

Anomalies ! Anomales donc et non anormales puisque nées au moment de l’explosion des normes ; on ne peut leur reprocher d’y déroger. Ce qui dérange le projet urbain et politique est bien plus profond. C’est le caractère monstrueux de ces édifices et de ses urbanités que les autorités semblent vouloir anéantir. Au delà de la question urbaine et politique, c’est celle du mythe fondateur qui semble resurgir : Saint Georges, le patron de Moscou, terrassant le dragon, Zilant le dragon emblème de la ville de Kazan qui hante encore ses eaux… Autant de spectres de l’informe qui dialogueraient aisément avec le dragon terrassé par St Romain et la foire ou celui du trou Baligan sur lequel des milliers de nomades construisent la centrale nucléaire de Flamanville.

C’est donc une traversée de la ville du monstre que nous proposons là accompagnée des images et films tournés en complicité avec le dragon.


Par Stany Cambot,
Mardi 12 mars à 19h

13/10/2018 : Atelier : FORMATION SAUVAGE SUR DRUPAL



Dans le cadre d'une journée organisée dans plusieurs villes par l'association Drupal France et Francophonie le 13 octobre 2018, les drupalistes rouennais vous proposent une demi-journée de présentations et des ateliers autour du Drupal, avec le programme suivant :

14h-15h : présentation de Drupal par le président de l'association "Drupal France et Francophonie"
15h-16h : installation de Drupal avec le support des membres de la communauté rouennaise
16h -18h : résolution de problèmes et discussions libres autour du logiciel : contribution à la traduction, suggestion de modules, ...

Lieu: Echelle Inconnue : 11-13 rue Saint Etienne des Tonneliers 76000 Rouen
Samedi 13 octobre à 14h

03/12/2018 : Conférence : Grandeur et déclin des géants du numérique



La mondialisation a vu la naissance de géants, d’entreprises qui font la pluie et le beau temps dans leur domaine.
La technologie semble être le plus grand mal dont souffrent ces géants.
Avides de la maîtriser, ils finissent souvent par être dominés.
Petit tour de ces géants beaucoup moins présents aujourd’hui mais qui ont pourtant laissé leur empreinte.

Par Frédéric Bisson, dit Zigazou, Membre du Hackerspace Ventres Mous de Rouen
Lundi 3 décembre à 19h

28/01/2019 : Tuer la mort, proposition du transhumanisme


Il explore ce que l'on nomme la culture numérique, notre rapport à la technique et aux technologies ainsi que l'omniprésence du numérique dans les sociétés modernes.
Depuis quelques années les questions éthiques et philosophiques s'imposent face à un rapport toujours plus fusionnel entre l'homme et la machine.
Ainsi le transhumanisme entre en scène à la fois comme rupture et promesse dans un monde en déclin.
Il s'agit désormais de comprendre de quoi le transhumanisme est-il le nom.

Par Thomas Bernardi, Membre de l'association PING de Nantes dans le cadre du Festival des Libertés Numériques
Voir le programme
Lundi 28 janvier à 19h

12/11/2018 : Nature, impacts et géostratégies de l'Intelligence Artificielle


Présentation de l'état de l'art en Intelligence Artificielle et des impacts sociaux de sa mise en oeuvre dans un nombre de domaines toujours croissant.
On évoquera également les mouvements techtoniques des méga-corporations qui se sont emparés de ces technologies, ainsi que des États dont certains ont (finalement) compris que leur maîtrise est un véritable enjeu de souveraineté nationale et citoyenne.

Par Patrick Albert, Président HUB France IA, administrateur Association Française pour l'Intelligence Artificielle.

Lundi 12 novembre à 19h

27/10/2018 : Plateau radio avec l'Atelier Georges


La publication de "L'Hypothèse Collaborative - conversation avec les collectifs d'architectes français", dirigée par atelier georges et Mathias Rollot, prend vie. 

Après la première expérience radiophonique, qui s'est déroulée cet été au pavillon français de la Biennale d'architecture de Venise, le second plateau radio, accueilli par le Pavillon de l'Arsenal, ouvre le débat sur la fabrique de la ville avec les collectifs d'architectes français bien sûr, mais aussi avec les chercheurs, enseignants, programmistes, aménageurs, urbanistes, paysagistes, concepteurs, promoteurs et autres acteurs de l'aménagement du territoire. 

C’est un temps de réflexion pour penser la ville : ses processus, ses collaborations, ses montages, sa chaîne de valeurs, son devenir.

14h00 : Table 1 - Processus Innovants / Savoir-faire traditionnels
avec Antoine Aubinais (Bellastock), Dounia Fert (Les Bâtisseuses), Yassine Elkherfih (YA+K), Edith Hallauer (Editions Hyperville), Edouard Letailleur (Altarea Cogedim), Isabelle Moulin (Europan France), Arthur Poiret (atelier georges)

15h20 : Table 2 - Territoire commun / Produit territorial
avec Paul Citron (Plateau Urbain), Pascal Allançon (FREY), Cécile Diguet (IAU), Aurore Rapin (Yes We Camp), Nancy Ottaviano (Quatorze), Julie-Lou Dubreuilh (Bergers Urbains), Yvan Okotnikoff (atelier georges)

16h40 : Table 3 - Concepteur diplômé / Concepteur ingénieux
avec Christine Leconte (Ordre des Architectes), Stany Cambot (Echelle Inconnue), Sophie Szpirglas (enseignante HMO), Lolita Voisin (directrice de l'Ecole du paysage de Blois), Pascaline Boyron (Les Saprophytes), Collectif Quatorze, Arthur Poiret (atelier georges).

Le plateau radio sera animé par Lolita Voisin et Mathieu Delorme (atelier georges). La technique sera assurée par Guillaume Legret.

Samedi 27 octobre de 14h à 18h au Pavillon de l'Arsenal dans la grande halle du Pavillon, au 21 boulevard Morland 75004 Paris

14/03/2019 : RASSEMBLEMENT DE RUE “MONSTRATION” ( MONSTRATSIIA) : UNE POLITIQUE D’APOLITIQUE?


Un rassemblement de rue appelé "Monstration" (dérivé du mot "démonstration") a lieu chaque année au 1er mai dans beaucoup de villes russes.

Tout cela a commencé en 2004 à Novosibirsk, quand l'artiste contemporain russe Artem Loskutov organisa un cortège ayant pris la forme d'une manifestation contestataire, mais avec des slogans absurdes.

Les participants de cette action manifestent individuellement brandissant des affiches faites à la main, qui parodient certains sujets de la vie politique russe.

Ces affiches et slogans réunis forment ensemble une présentation paradoxale d'objets d'art fabriqués maison.

En dépit du caractère apparemment parodique de ces processions et de leur distance ironique à la "vraie" politique, les organisateurs sont souvent persécutés par les autorités et les simples manifestants ont été à plusieurs reprises arrêtés par la police.

Au cours de cette conférence, nous allons débattre de la raison pour laquelle une action paradoxale, qui est apparue dans une ville éloignée des centres de la vie politique, a été reproduite par la suite dans beaucoup d'autres villes de Russie.

Nous nous intéresserons au fait qu'une action apparue dans une ville éloignée des centres de la vie politique, ait été paradoxalement reproduite.

Une telle forme d'art contemporain, qui par de nombreux côtés, renvoie à l'expérience de la dérision de la vie politique à la fin de la période soviétique, peut-elle être interprétée comme un geste politique?

Pourquoi en dépit de son contenu non politique, "Monstration" provoque le déferlement des autorités russes?

Conférence par Mark Simon

Jeudi 14 mars à 19H00

11/03/2019 : LES MIGRANTS DANS L’ART ET L’ART DES MIGRANTS


La représentation des migrants dans la culture populaire russe montre deux extrêmes: d'une part, la "démonisation" des arrivants (les représentant comme des criminels et des profanateurs des fondements traditionnels), et d'autre part en les ridiculisant comme des ploucs.

Ceci étant, les artistes contemporains russes, convaincus de la théorie critique, essaient de surmonter de tels stéréotypes.

Cependant, même quand ces artistes invitent les migrants comme co-auteurs dans leurs projets, les migrants ne sont pas pour autant des êtres indépendants dans le champ culturel russe.

Au cours de ces dernières années, on a pu observer une explosion d'un "folklore migrant" sur des sites internet russophones.

Nous verrons comment les migrants réagissent à leur "démonisation" et à leur homogénéisation dans les médias russes et comment ils s'approprient la langue de la culture populaire moderne pour la création de leur propre espace symbolique.

Conférence par Mark Simon

Lundi 11 mars à 19H00

07/03/2019 : GÉNÉALOGIE DES SOUS-CULTURES (POST) SOVIÉTIQUES : VISIBILITÉ DANS L’ESPACE URBAIN ET PANIQUE MORALE

La conférence sera consacrée aux récentes sous-cultures russes (post) soviétiques en tant que signe d'altérité.

Lire la suite


propulsé par DotClear